The Division Bell

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Pink Floyd
Nom de l'album The Division Bell
Type Album
Date de parution 28 Mars 1994
Produit par David Gilmour
Style MusicalRock Progressif
Membres possèdant cet album215

Tracklist

1.
 Cluster One
 05:58
2.
 What Do You Want from Me
 04:22
3.
 Poles Apart
 07:05
4.
 Marooned
 05:28
5.
 A Great Day for Freedom
 04:18
6.
 Wearing the Inside Out
 06:49
7.
 Take It Back
 06:13
8.
 Coming Back to Life
 06:19
9.
 Keep Talking
 06:11
10.
 Lost for Words
 05:15
11.
 High Hopes
 08:32

Durée totale : 01:06:30


Chronique @ zvlorg

16 Août 2010

Tantôt planant, tantôt poignant, mais toujours magistral

Ah il est loin le temps où Pink Floyd brillait, en 1994, cela fait 7 ans que le groupe est silencieux, et on attend l’annonce de la séparation. Roger Waters l’avait dit, avec son départ, le groupe ne survivra pas, pourtant, après ça, il y avait eu A Momentary Lapse of Reason en 1987, pas le meilleur certes, mais très bon quand même, mais depuis plus rien... Et puis voilà qu’en 1994 on nous annonce qu’avant de se séparer, le Floyd va sortir un ultime album. Cette fois, on le sait, le groupe va prendre fin d’ici un an, mais quelle joie de le réentendre une dernière fois. L’album sort en 1994 et s’appelle The Division Bell. Pour info, les deux derniers albums de Pink Floyd se sont fait mettre en pièce par la critique qui n’a jamais été indulgente envers le groupe, mais cette fois, sans être enthousiaste, elle apprécie plutôt bien l’album. Difficile en fait d’y croire, dans de telles conditions, après 7 ans d’absence, que peut faire encore Pink Floyd?

Avec cet album, les doutes sont immédiatement dissipés, le Floyd est de retour au sommet avec un album qui malgré les réticences est bien du même calibre que ses illustres ancêtres Dark Side, Animals ou The Wall. Il n’y a plus Waters, ça manque c’est vrai, mais on retrouve un Wright actif, lui qui avait été fantomatique dans le précédent, ça fait plaisir à voir. On peut à nouveau entendre ce son magique de la guitare de David Gilmour, notamment avec What Do You Want from Me, grand titre blues rock, à glisser parmi les Sheep ou les Young Lust, mais avec une approche plus mélodique. Dans le genre belle chanson qui bouleverse façon Wish You Were Here ou Hey You, on a du lourd dans cet album, Lost for Words, Poles Apart ou Coming Back to Life, se chargent de nous mettre la larme à l’œil tout en proposant une avalanche de sonorités modernes et recherchées. Et puis le retour de Wright a eu ses effets, on peut entendre ce clavier grave et ces mélodies planantes que l’on adorait, comme dans l’extraordinaire Wearing the Inside Out, qui rappelle le Floyd de 69-73. Ailleurs, l’héritage de The Wall est aussi audible dans Take It Back, très bonne chanson aussi, assurément Pink Floyd n’a rien perdu et ça s’entend. Et puis que serait cet album sans son final épique, High Hopes, qui incarnera le chant du cygne du groupe, un titre grandiose qui se hisse également parmi les plus grandes chansons du groupe, avec un chant énigmatique et lourd, et un refrain planant et doux, du grand art.

Alors c’est sur, le groupe s’est servi des formules qui ont marché dans le passé pour construire cet album, mais il s’avère que cette formule est excellente, et c’est avec grand plaisir qu’on retrouve Pink Floyd jouant ce qu’il sait faire le mieux, du rock progressif tantôt planant, tantôt poignant, mais toujours aussi magistral. Après cet adieu monumental, Pink Floyd rejoindra la longue liste des groupes du passé, mais ces 30 ans d’existence auront laissé une trace indélébile dont l’influence n’a jamais faibli.

2 Commentaires

11 J'aime

Partager
Hipgnosis - 17 Août 2010: Très bonne chronique les fans de Pink Floyd peuvent êtres fières de toi !
ZazPanzer - 08 Décembre 2010: Bravo pour cette chronique très juste. Un disque à apprécier seul pour se couper du monde, ce qui fait beaucoup de bien de temps en temps.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire