Meddle

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Pink Floyd
Nom de l'album Meddle
Type Album
Date de parution 30 Octobre 1971
Style MusicalRock Progressif
Membres possèdant cet album232

Tracklist

1. One of These Days 05:57
2. A Pillow of Winds 05:10
3. Fearless 06:08
4. San Tropez 03:43
5. Seamus 02:16
6. Echoes 23:29
Total playing time 46:46

Chronique @ Vinterdrom

17 Janvier 2008

Pink Floyd, un nom qui restera éternellement synonyme de créativité et d'avant-gardisme. Pink Floyd, une formation sans cesse guidée par la volonté d'explorer de nouveaux horizons musicaux, traçant de nombreux chemins qui ont été (sont et seront toujours) empruntés par des milliers de groupes venus après eux. Des musiciens capables de concevoir des œuvres intemporelles célébrant l'avènement des morceaux à tiroirs, et brisant par là-même tous les standards, dynamitant le règne de la chansonnette, pulvérisant le schéma du sempiternel couplet/refrain. Plus que des musiciens, des visionnaires capables de créer un incroyable concept album/film ("The Wall") resté jusque-là inégalé.

La présente chronique concerne non pas "The Wall", mais un de ses prédécesseurs, le dénommé "Meddle". Alors pourquoi ai-je choisi celui-ci en particulier (qui est peut-être l'un des moins célèbres, malgré son statut culte d'album ayant définitivement confirmé le son de Pink Floyd comme "progressif") plutôt qu'un autre dans la foisonnante discographie du groupe britannique ? Premièrement, parce que "Meddle" est un excellent album (tout simplement !). Deuxièmement, parce que "Meddle" représente un bon aperçu des différentes facettes de Pink Floyd (rock électrique ou acoustique, passages intimistes, moments bluesy, tessitures planantes voire ambiantes, …). Troisièmement, cet album contient avec "Echoes" l'un des tous meilleurs morceaux de leur carrière (si ce n'est le meilleur !), et tout simplement l'une des toutes meilleures pièces musicales jamais composée, tous styles confondus.
Enfin, dernière raison, beaucoup plus personnelle celle-ci, "Meddle" revêt à mes yeux une signification toute particulière car il s'agit de l'album qui m'a fait découvrir et aimé Pink Floyd, ainsi que la musique rock en général, qu'elle soit soft ou hard, et a contribué à forger mon oreille aux structures progressives, sans aucune possibilité de retour en arrière.

Dès l'intro de l'instrumental "One of These Days", avec sa longue montée en puissance rythmée par la basse de Waters assénant un riff à se démettre les cervicales, on sait que l'on tient là quelque chose de grand. Les autres instruments se greffent progressivement et une fois le démarrage de la batterie enclenché, le morceau file jusqu'au bout comme une grosse cylindrée lancée à fond de cale. Voilà ce que l'on appelle une entrée en matière fracassante !
S'ensuit une série de titres essentiellement acoustiques, certes beaucoup moins marquants (c'est le seul reproche que l'on pourrait faire à cet album), mais présentant des ambiances assez variées : la douce mélancolie de "A Pillow of Winds", le très relaxant "Fearless" se terminant sur le fameux "You'll Never Walk Alone" chanté en chœur par les supporters britanniques (sans que l'on sache toutefois si ce sont ceux des Reds ou du Celtic, les connaisseurs comprendront …), l'ensoleillé "San Tropez" s'écoutant les doigts de pied en éventail avec un bon cocktail à la main, le bluesy "Seamus", très étrange avec ce qui ressemble à la complainte d'un vieux chien à l'article de la mort. Chaque titre possède une spécificité qui lui est propre.

Arrive ensuite LE chef d'œuvre dont je parlais précédemment, le dénommé "Echoes". Une pièce épique de plus de 23 minutes (qui occupe à elle seule la seconde face du vinyle d'origine) à la construction et à la progression stupéfiantes.
Le morceau débute par d'intrigantes notes cristallines laissant peu à peu la place à un rock classieux très doux, puis de plus en plus rythmé. Mais cette hausse de rythme est trompeuse, car il s'agit en fait d'une pente savonneuse nous entraînant inéluctablement et de plus en plus rapidement vers les sombres abysses d'un long, très long passage totalement ambiant avec des nappes d'un glauque absolu hantées par des sonorités aigues très perturbantes et des samples de bruissement de vent et de croassements macabres de corbeaux… On perd contact avec la réalité pour entrer dans un microcosme extrêmement sinistre et inhospitalier. D'ailleurs, il est intéressant de remarquer que ce passage est très représentatif du son globalement caractéristique des artistes abrités par le label Cold Meat Industry depuis sa création il y a de cela une quinzaine d'années. Comme quoi, malgré toutes leurs qualités, ceux-ci n'ont finalement rien inventé.
Mais revenons à notre fameux "Echoes". Après ces quelques minutes très inquiétantes, les ténèbres se font de moins en moins opaques, la brume se dissipe, et la musique entame une remontée progressive vers des sommets stratosphériques où la guitare aérienne de Gilmour fait des merveilles, avant de retourner tout doucement au calme et à la sérénité dans lesquels elle avait débuté … La boucle est bouclée.

Que dire de plus après une telle démonstration ? … Pas grand chose. Si ce n'est que, malgré ses presque 40 ans d'âge, "Meddle" n'a pas pris une ride et reste toujours aussi captivant. Un véritable tour de force, la marque d'un grand album, la marque d'un grand groupe.

8 Commentaires

11 J'aime

Partager

Vinterdrom - 24 Avril 2008: Merci !
Un titre tel que \"Echoes\" méritait bien de se voir consacré au minimum un paragraphe entier. Un titre que j\'ai écouté des centaines de fois sans jamais me lasser, et que je réécouterai encore des centaines de fois.
ArchEvil - 21 Octobre 2008: Magnifique. Quelle spuerbe chronique tu nous sort là ! Un digne honneur pour ce grand disque, dont le morceau One Of These Days fut ma porte d\'entrée vers le metal ( c\'est tout dire ) par son groove occulte et Echoes un fabuleux voyage à travers un monde impressionniste décoloré. Cela dit, je trouve que ce disque possède un ventre mou malheureusement. A Pillow of Winds et Fearless sont de bonnes factures mais ne soutiennent pas la continuité à l\'image du terrible premier titre. San Tropez quand à lui, est carrément ennuyant. Mais voilà rien n\'est parfait... Je nourris une très très large préférence pour les monstrueux Atom Heart Mother et A Saucerful of Secrets qui sont le répertoire de transitions entre le psyché de Barrett et le progressif de Waters. Les deux albums phares de Pink Floyd. Meddle reste cependant une très grand oeuvre, largement supérieure à Wish you Were Here.
Vinterdrom - 26 Octobre 2008: Effectivement, \"Meddle\" pêche par quelques titres un peu faiblards, coincés entre le fabuleux premier titre et la non moins fabuleuse seconde face, même si on l\'oublie assez facilement à la pensée de ces deux monuments.
En ce sens, \"A Saucerful of Secrets \" et \"Atom Earth Mother\" sont indéniablement plus consistants sur toute leur durée.
Ce que Pink Floyd fera par la suite rentrera un peu plus dans la norme, sera moins barré (enfin, tout reste relatif ...), même si \"The Wall\" demeure un concept album/film hors du commun.
Lamikawet - 19 Mars 2011: Mon oncle m'a fait découvrir Pink Floyd avec cet album, j'avais 15 ans...et à 37 ans maintenant, je ne m'en suis toujours pas remis (rires). Mon préféré du groupe.
Pour ce qui est de 2001, l'odyssée de l'espace (1968 !!), en fait Kubrick voulait que Pink Floyd compose la musique pour la séquence finale et le groupe a refusé pour ne pas tomber dans le commercial en gros. Ils l'ont regretté après avoir vu le film (que dis-je, le chef-d-oeuvre) de Kubrick.
D'où, pour se "consoler", la synchro d'Echoes sur cette partie du film).
Pour ce qui est des chansons, je les adore toutes sur cet album. Il est vrai que One of these Days et Echoes sont les plus marquantes mais on a affaire à des titres d'anthologie, là.
Je préfère me passer San Tropez sur les oreilles que le dernier tube à la mode (d'ailleurs, pourquoi je compare, moi ? rires)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire