The Final Cut

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Pink Floyd
Nom de l'album The Final Cut
Type Album
Date de parution 21 Mars 1983
Style MusicalRock Progressif
Membres possèdant cet album134

Tracklist

1. The Post War Dream 02:59
2. Your Possible Pasts 04:19
3. One of the Few 01:27
4. The Hero's Return 02:57
5. The Gunner's Dream 05:03
6. Paranoid Eyes 03:42
7. Get Your Filthy Hands off My Desert 01:17
8. The Fletcher Memorial Home 04:10
9. Southampton Dock 02:13
10. The Final Cut 04:43
11. Not Now John 05:01
12. Two Suns in the Sunset 05:16
Total playing time 43:12

Commentaire @ Porcane

23 Juin 2011
The Final Cut of Roger Waters with Pink Floyd.

Il n'est pas inutile de dire que l'album m'a semblé une surprise globale.
En effet, habitué de la période "Meddle -> Animals", je n'ai pas réussi à cerner la démarche, l'arrivée à l'univers de l'album, dans le sens où d'ordinaire, la pause du saphir sur le vinyle est comme l'atterrissage dans un univers spécial, le départ vers un autre monde.

The Final Cut est également un autre monde, mais le départ est plus difficile et il n'y a pas vraiment de voyage si ce n'est dans une mélancolie pesante (pas péjorative), une forme de léthargie jusqu'à "The Hero's Return" qui semble réveiller du rêve triste précédent mais ledit morceau redescend vers cette mélancolie mélangée de pop évidente (on attend quelque chose avec la batterie s'accentuant mais, au final, non retour case départ avec "The Gunners Dream").

Enfin, je comprends la démarche au moment de "The Fletcher Memorial Home" (voir un peu avant avec les bruits de bombardement). Le lien avec "The Wall" est maintenant évident (je ne connaissais pas l'origine de l'album).

En me référant aux sources, je vois donc, ou plutôt j'entends le lien de filiation entre les deux albums.
Et donc, je préfère m'enchaîner les deux afin de pouvoir les comparer.
La comparaison est assez net, "The Wall" est un peu plus nuancé, un peu plus varié (voir accessible ?) que le présent opus.

Il s'agit réellement d'une prolongation de l'album précédent mais il tire vraiment sur la ficelle : les morceaux proposés ici ne sont pas aussi étincelants que sur "The Wall", le chant mélancolique de Waters, finalement bien exploités précédemment, semble ici plus ennuyeux, sans surprise et terne.

Durant tout l'album, on a l'impression d'entendre en boucle un même morceau monotone avec le chant dépressif de Waters... On est définitivement loin de la période citée au début.

Et soudain, comme un cheveu sur la soupe, un "Not Now John" quasi copier/coller de "Young Lust" (ah non Roger veut intercaler un chant) mais bon je dirais que c'est le titre jouissif de l'album où enfin on entend Gilmour vraiment (Guitare et voix).

"Animals", un de mes albums préférés, était la fin de l'apogée teintée 70, "The Wall" un album exceptionnel créant un fossé avec l'album précédent en collant plus à une pop de l'époque néanmoins, "The Final Cut" n'est pas un album mauvais en soi, mais on a vraiment l'impression d'avoir un album avec des morceaux réchauffés qui auraient très bien pu intégrer l'album précédent si une cohésion du groupe n'avait pas été obscurcie par les chevilles enflées de Waters, qui aurait mieux fait de croiser Lacan ou un autre disciple de Freud afin de résoudre les problèmes à la fois avec son père et avec son groupe.

C'est réellement dommage car je ressens une forme de sentiment de gâchis, un groupe dont la créativité et l'originalité permettaient d'obtenir des résultats incontestablement reconnus, délivre un album bien en dessous du niveau régulièrement atteint.

Pour moi, Pink Floyd, c'est avant tout une qualité de composition accentué sur la partie délivrée par les instruments.

"The Final Cut" est trop orienté texte sans réel voyage musical à part la monotonie de la tristesse de Waters.



2 Commentaires

1 J'aime

Partager
Satanas5582 - 15 Octobre 2011: Pour appuyer et certifier que cet album est bien la "suite" de l'album "The Wall", j'ajouterai que, à l'origine, Roger Waters voulait absolument intégrer le titre "When the Tigers broke free" qui figure comme titre "additionnel" dans le film "THE WALL" sorti 1 an plus tôt. Cela n'avait pu être fait, a priori, pour des raisons de durée sur les 33 tours. Aujourd'hui, le souhait de Roger Waters a été rétabli car le titre figure désormais sur l'album remasterisé en 2004 entre "One of the few" et "The Hero's return".
f101164 - 08 Octobre 2014: Bonjou, je ne m'adresse peut-être pas à la bonne personne, mais y aurais moyen d'avoir la collection d'albums complète de Mott the Hopple MERCI,
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire