The Broadsword and the Beast

Liste des groupes Folk Progressif Jethro Tull The Broadsword and the Beast
ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Jethro Tull
Nom de l'album The Broadsword and the Beast
Type Album
Date de parution 1982
Style MusicalFolk Progressif
Membres possèdant cet album43

Tracklist

Re-Issue in 2005 by Capitol Records and EMI Records with 8 bonustracks.
1.
 Beastie
 03:58
2.
 Clasp
 04:18
3.
 Fallen on Hard Times
 03:13
4.
 Flying Colours
 04:40
5.
 Slow Marching Band
 03:40
6.
 Broadsword
 05:03
7.
 Pussy Willow
 03:56
8.
 Watching Me Watching You
 03:41
9.
 Seal Driver
 05:10
10.
 Cheerio
 01:10

Bonus
11.
 Jack Frost and the Hooded Crow
 03:21
12.
 Jack-A-Lynn
 04:40
13.
 Mayhem, Maybe
 03:05
14.
 Too Many Too
 03:27
15.
 Overhang
 04:27
16.
 Rhythm in Gold
 03:07
17.
 I'm Your Gun
 03:18
18.
 Down at the End of Your Road
 03:32

Durée totale : 01:07:46


Chronique @ zvlorg

15 Juin 2010
Avec A, Jethro Tull présentait son nouveau changement de direction, plus électronique, et The Broadsword and the Beast arrive en successeur désigné, garni de sonorités synthétiques, mais gardant quand même la simplicité et le ton de la période 77-79. En mal de chef d’oeuvre depuis quelques années, le groupe de Ian Anderson semble tiraillé entre une évolution électronique inévitable et un refus d’intrusion des sonorités de 1982. En conséquence, The Broadsword and the Beast peine à trouver sa voie, oscillant entre un rock 80’s plus ou moins affirmé dans Beastie ou dans une veine folk électronisée proche de Songs from the Wood dans Pussy Willow, difficile de reprocher grand chose à de tels titres, mais difficile de leur trouver quoique ce soit de vraiment exceptionnel. Le groupe traine même dangereusement dans un domaine pop synthé dans Flying Colours et se perd même dans le slow sans originalité avec Slow Marching Band, pourtant assez plaisant mais indigne d’un tel groupe.
Heureusement l’inspiration n’est pas morte et le groupe réserve de belles surprises, à commencer par Fallen on Hard Times, remettant à merveille les ambitions progressives au goût du jour, sans trop en faire, et intégrant habilement les sonorités new wave en vogue pour un résultat surprenant et original. L’autre belle réussite de l’album est Broadsword, également dans une veine progressive remise à jour, et contenant des mélodies épiques et des changements de ton admirablement maitrisés.

Dans une veine plus moderne, sans pour autant atteindre des sommets, Watching Me Watching You fait bonne figure avec ses synthés plutôt bien dosés et un ton globalement original. Après avoir accumulé les volte-faces durant la décennie précédente, Jethro Tull semble à court d’imagination. The Broadsword and the Beast manque de clarté et pêche souvent par manque de ligne conductrice. Néanmoins le talent et l’inspiration d’Anderson resurgit parfois et force l’admiration, permettant au groupe le temps de 2-3 titres de s’illustrer dans des domaines aussi créatifs et surprenants qu’à la grande époque, ce qui rend cet album pas si mal dans l'ensemble. De plus, Jethro Tull ne semble pas décidé à suivre le chemin du commerce et de la pop 80's, un choix respectable et plutôt rare à cette époque.

0 Commentaire

3 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire