Exile on Main St.

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe The Rolling Stones
Nom de l'album Exile on Main St.
Type Album
Date de parution 12 Mai 1972
Style MusicalRock
Membres possèdant cet album96

Tracklist

1.
 Rocks Off
 04:32
2.
 Rip This Joint
 02:23
3.
 Shake Your Hips
 02:59
4.
 Casino Boogie
 03:34
5.
 Tumbling Dice
 03:47
6.
 Sweet Virginia
 04:26
7.
 Torn and Frayed
 04:17
8.
 Sweet Black Angel
 02:57
9.
 Loving Cup
 04:25
10.
 Happy
 03:04
11.
 Turd on the Run
 02:38
12.
 Ventilator Blues
 03:24
13.
 I Just Want to See His Face
 02:53
14.
 Let It Loose
 05:18
15.
 All Down the Line
 03:50
16.
 Stop Breaking Down
 04:34
17.
 Shine a Light
 04:16
18.
 Soul Survivor
 03:48

Durée totale : 01:07:05


Chronique @ hotrodfrancky

10 Décembre 2012

Exile on Nellcote

"Exile on Main St." est souvent considéré comme le meilleur album des Stones. Possible. Et même probable. Il y a tellement de joyaux dans cet album qu'il ne peut pas être mis au même niveau que certains autres opus du groupe que je qualifierais, pour ne fâcher personne, de passables.

Il est surtout important, dans leur discographie, pour 2 raisons diamétralement opposées; l'esprit de groupe et la personnalité de chacun des membres, et, notamment, des deux leaders, Tonton Keith et Tata Mick (je vois que vous avez compris de quel coté, dans la guerre "pro-Jagger" vs "pro-Richards", mon coeur balance...).

Au moment d'enregistrer "Exile", les Stones se sont barrés de Londres et ont migrés vers la France pour des raisons... fiscales!!! On croit rêver, vu le contexte actuel, mais n'oublions pas que nous sommes en 1971, et, à cette époque-là, les Rolling Stones, très grandes fortunes, devaient reverser 98% de leurs revenus au fisc anglais. Ils ont donc décidés de mettre les voiles, direction la French Riviera. Villefranche-sur-Mer et une résidence baptisée Nellcote pour Keith, St Trop' et le Byblos pour Mick. Il y a déjà une grosse différence entre les deux...

Tous les deux sont accros. Keith à la dope et à ses guitares, Mick à Bianca et à la jet-set. Pendant que Mick exhibe fièrement sa compagne nicaraguayenne aux Onasis, Keith se prépare des shoots monstrueux, dont tous les médecins se demandent encore comment il a pu s'en sortir vivant. Et, accessoirement, il s'entraine à la guitare. Il a découvert deux ans auparavant l'open-tuning. L'open-tunning est un accordage différent de la guitare. pour ceux que ça intéresse, je vous le décrit brièvement, pour les autres, vous pouvez sauter au prochain paragraphe.

Au lieu d'accorder votre guitare normalement -E-B-G-D-A-E- , l'accordage pour un open-tuning de Sol, par exemple, est -D-B-G-D-G-D- . Lorsque vous jouez ces cordes à vide, cela vous donne un accord de Sol, avec un barré à la 5ième fret, vous obtenez un Do, etc... La sonorité est différente et la "chaleur" de l'accord est démultipliée.

Après avoir découvert cette nouvelle façon de jouer de la guitare, Keith s'est empressé de la mettre en pratique au sein des Stones. Le résultat? Deux petites chansons assez sympas, "Honky Tonk Woman" et "Brown Sugar". Keith a donc décidé que cet album sera celui de l'open-tuning, et il en colle partout, alignant les riffs tueurs tout au long des morceaux, et peu importe le tempo ou la couleur. "Rip This Joint", Rock'n'Roll foudroyant au tempo démoniaque? Open-tuning. "Sweet Virginia", ballade country à chanter autour d'un feu de joie sur la plage? Encore et toujours l'open-tuning. Keith en fout partout. Keith fait tout sur cet album. Keith en fait... des caisses (oui, bon, je sais, mais bon, hein,...).

Et Mick, pendant ce temps-là? Mick compose des paroles superbes qu'il chante comme un Dieu. Parce qu'il faut qu'il soit à la hauteur de Keith. Parce qu'il est jaloux de Gram Parsons, avec qui Keith passe ses après-midis à composer et à se défoncer. Parce qu'il est énervé de devoir réveiller Keith qui s'endort à longueur de temps, avec ses shoots à répétitions. Mick écrit sur le manque d'aération dans les sous-sols de Nellcote, où se passe les sessions ("Ventilator Blues"). Mick chante les parties de crabs dans les casinos de Monte-Carlo ("Casino Boogie", "Tumblin'Dice"). Les Stones, malgré les apparences, sont en grande forme.

Lorsque l'album sortira, les critiques auront la dent dure. Ce n'est que bien plus tard que l'on redécouvrira la beauté de ce disque qui marqua le début d'une rupture entre Mick et Keith, leur manière radicalement différente d'appréhender la vie, mais aussi le début d'une nouvelle manière de fonctionner chez les Pierres avec la révélation d'un nouveau guitariste, Riff Keitchards.

HotRodFrancky


3 Commentaires

9 J'aime

Partager
ZazPanzer - 11 Décembre 2012: Tu alignes les chroniques particulièrement intéressantes, merci Francky !
Je connaissais cette fois les anecdotes que tu racontes avec brio, ayant visionné il y a quelques années un film d'archives passionnant qui raconte cette période. Impossible de me rappeler du titre, ça avait dû passer sur Arte dans la nuit, et on devait être douze en France à suivre l'émission ! lol. Allez, le disque sera au programme de la soirée !
lovemedo - 11 Décembre 2012: Moi, tout ce que j'ai à dire, c'est que c'est une épée ce gars là. Et j'suis ojectif, Franckye-le-mexicain, on en parlera encore dans 100 ans ! Bravo Mec. Ca tombe bien que tu signes une superbe chronique sur cet album qui repasse réulièrement en boucle at home. Merci à toi.
hotrodfrancky - 15 Décembre 2012: En me relisant, je me suis aperçu que j'ai écrit une grosse connerie. "Sweet Virginia" n'est absolument pas en open-tuning, c'est un accordage normal, simplement, Keith a placé un capodastre à la 2ème fret. Les accords sont -C-A-G- plus un -D- un peu plus loin. Milles excuses pour les gratteux qui ont voulu essayer ce plan et que j'ai enduit d'erreur. Quand on veut donner des leçons, faut savoir de quoi on parle!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire