As the Crow Flies

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
pas de note
Nom du groupe Steve Von Till
Nom de l'album As the Crow Flies
Type Album
Date de parution Septembre 2000
Style MusicalNeo Folk
Membres possèdant cet album5

Tracklist

1. Stained Glass
2. We All Fall
3. Remember
4. Warning of a Storm
5. Twice Born
6. Midheaven
7. Shadows in Stone

Chronique @ Svartolycka

18 Novembre 2012

Un très beau disque

« As the Crow Flies » est le premier album solo du guitariste chanteur de Neurosis, la voix la plus grave du groupe, c’est lui, un bonhomme chauve au bouc démentiel et à la culture élevée. Ce disque a été enregistré entre les années 1996 et 1999 directement chez lui (dans sa cuisine paraît-il).
Une chose est à préciser d’emblée. Cet album n’a strictement rien de métal, mais alors vraiment rien. Le contenu en est minimaliste : une guitare sèche, un violon, un piano de temps à autre et la voix supplémentaire de Kris Force (ainsi qu’une autre voix féminine), spectrale ajoutée à la voix grave et mélodique de Steve Von Till. L’ensemble musical est d’une grande litanie mais aussi très dépressif. La voix est monotone et posée avec une certaine intonation des plus lascive. Tout paraît noir sur ce disque, certains accords sont répétés sans cesse, monocordes, les violons embrasent la structure émotionnelle de la musique et les brefs passages de pianos souvent fantomatiques renforcent cette impression de solitude et de mélancolie profonde et ésotérique.

Car pour ceux qui ne le savent pas, Steve Von Till et Scott Kelly, les maîtres à penser de Neurosis et de Tribes Of Neurot sont portés par un message directement inspiré de philosophie shaman et cela de toute culture : indien, celtique etc. Il est donc logique que la trame textuelle en reprenne les grandes parties, mais d’une manière plus personnelle propre à Steve Von Till. L’art du rêve (le corbeau est souvent présent dans la culture celtique comme le lien entre le monde et l’univers des rêves), l’arrachement de soi ou la perte de l’identité. Une chose est sûre (libre à vous de prendre en considération ce message), ce disque est unique dans sa démarche et d’une grande beauté, donnant un nouveau visage à notre univers de souvenirs.

Cet album n’est certes pas recommandé aux bourrins élevés sous cortisone. Cela serait en pure perte. Et malgré une apparition d’une batterie sur « Shadows In The Stone », la musique de Von Till est avant tout portée par sa mélodie. On est plus proche de Nike Drake et de Simon & Garfunkel sur certains titres (« Warning Of A Storm ») que du dernier Enthroned.
Un très beau disque que les fans de Neurosis adopteront mais qui pourrait aussi plaire aux amateurs de ballades folk.
Un bijou de mélodie.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire