Shadow of the Moon

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Blackmore's Night
Nom de l'album Shadow of the Moon
Type Album
Date de parution 1997
Style MusicalFolk Rock
Membres possèdant cet album49

Tracklist

1. Shadow of the Moon 05:06
2. The Crock Ticks on 05:15
3. Be Mine Tonight 02:50
4. Play Minstrel Play 03:59
5. Ocean Gypsy 06:06
6. Minstrel Ball 02:35
7. Magical World 04:01
8. Writing on the Wall 04:34
9. Renaissance Faire 04:16
10. Memmingen 01:05
11. No Second Chance 05:38
12. Mond Tanz 03:33
13. Spirit of the Sea 04:50
14. Greensleeves 03:46
15. Wish You Were Here 05:02
Bonustrack
16. Possum's Last Dance 02:42
Total playing time 1:05:18

Chronique @ ChildericThor

08 Octobre 2013

Le premier album de Blackmore's Night : tout simplement magique !

Nombreux (la majorité ?) sont ceux à dater en 1997 la fin de Ritchie Blackmore, jadis prodige parmi les prodiges au service de la déesse Stratocaster, celui qui inventa le hard rock grâce à ses soli acérés, aujourd’hui considéré comme un vulgaire ménestrel pour fête de la bière en Allemagne. Pourtant, nombreux sont aussi ceux qui pensent que Blackmore’s Night a offert au virtuose un second souffle après la reformation en demi-teinte de Deep Purple. Nombreux surtout, sont ceux qui ont eu alors une révélation : la découverte d’une magnifique chanteuse, Candice Night, dont les plus attentifs n’auront sans doute pas manqué de remarquer la timide participation au "Stranger In Us All" (1995), unique album du Rainbow reformé. Pour résumé, ce nouveau projet de Ritchie Blackmore, on le chérit ou on le méprise.

C’est pourtant bien mal connaître le ténébreux anglais que de croire que celui-ci est alors devenu fou. Bien que très éloigné de son ancien répertoire, l’existence de "Shadow of the Moon" n’a en réalité rien d’une absurdité au sein de sa carrière. Les couleurs médiévales figuraient déjà au menu de "The Book Of Taliesyn" de Purple en 1968. De même, certaines de ces nouvelles chansons, réarrangées, auraient bien pu se glisser dans les opus de l’Arc-En-Ciel période Dio (“The Temple Of The King ” n’est parfois pas très loin). La filiation est évidente pour qui n’est pas aveuglé par sa mauvaise foi.

Quand ce premier essai est sorti, beaucoup pensent (et espèrent !) que Blackmore’s Night se limitera à un projet parallèle et éphémère entre deux offrandes de Rainbow. C’est d’ailleurs de cette façon que Ritchie l’a présenté durant les interviews qu’il avait données durant la promotion de "Stranger In Us All". Celui-ci n’ayant suscité qu’une indifférence polie, malgré une tournée réussie, l’homme en noir décidera finalement de se concentrer désormais uniquement sur ce nouveau groupe. Avec le recul, on ne peut que s'en féliciter tant cet album demeure ce qu’il a composé de mieux depuis "Down To Earth" de Rainbow en 1979.

Parenthèse rafraichissante, "Shadow of the Moon" voit pour la première fois le guitariste écrire pour une chanteuse, au service d’une musique essentiellement acoustique ( seuls "Writing On The Wall", le sublime "No Second Chance" et le mélancolique "Wish You Were Here", sont éclairés d’interventions électriques) entre rock et folk, teintée de quelques légères touches progressives qui doivent beaucoup à la participation de Ian Anderson (Jethro Tull) et de sa flûte endiablée sur le final enlevé de "Play Minstrel Play".

Ce qu’il y a de troublant et qui démontre la maturité à laquelle Blackmore est parvenu aujourd’hui, est sa capacité à s’effacer au profit d’un tout, à se fondre dans un ensemble porté par le chant aérien et cristallin de sa compagne. Ces morceaux rayonnent des lignes vocales de la jeune femme, aussi lumineuses que la guitare du maître est sombre.

Entouré d’une bande de ménestrels, le duo, bien servi par la production de Pat Regan, fidèle de Ritchie (il était déjà responsable du mixage de "The Battle Rages On" de Deep Purple en 1993), alterne chansons originales ("Be Mine Tonight", "Spirit Of The Sea"…) et reprises du répertoire classique, médiéval et renaissance ("Magical World", "Play Minstrel Play", "Greensleeves"…), balisés par de courtes pièces instrumentales, qui permettent d’admirer le jeu fin et précis du maître ("Minstrell Hall", "Memmingen"). Riche de nombreux classiques ("Shadow of the Moon", qu’introduisent des ambiances orientales, "The Clock Ticks On", "Minstrell Hall", "No Second Chance" et "Mond Tanz"), cette ballade médiévale et doucereuse afficht aussi des accents plein de mélancolie ("Ocean Gypsy"), ce à quoi Blackmore ne nous avait que rarement habitué.

Vous l’aurez donc compris, "Shadow of the Moon" est une vraie merveille, pendant longtemps la plus réussie du couple, et Blackmore’s Night un groupe exceptionnel et unique qui aura permis à Ritchie de se renouveler et ce faisant, de toucher peu à peu un autre public qui ne le connaissait pas forcément jusqu’à présent. Essentiel.

1 Commentaire

2 J'aime

Partager
ebony - 08 Octobre 2013: Ta chronique est excellente, cet album est un voyage medieval ou l'évasion est garantie! J'aime beaucoup ce chapitre créatif de Ritchie blackmore et de sa gente dame!Magnifique album!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire