Horizons

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Détroit
Nom de l'album Horizons
Type Album
Date de parution 18 Novembre 2013
Style MusicalRock
Membres possèdant cet album20

Tracklist

1. Ma Muse 05:03
2. Glimmer in Your Eyes 05:06
3. Terre Brûlante 03:31
4. Détroit 1 01:31
5. Ange de Désolation 03:56
6. Horizon 05:04
7. Droit dans le Soleil 03:25
8. Détroit 2 00:37
9. Le Creux de Ta Main 03:42
10. Sa Majesté 04:24
11. Null and Void 04:36
12. Avec le Temps (Léo Ferré Cover) 04:26
Bonustrack
13. Sonic 5 07:23
Total playing time 52:44

Chronique @ Mr4444

05 Janvier 2014

« Avant de recommencer à écrire, il faut qu’il réapprenne à vivre » - Serge Teyssot-Gay, le 15/10/07

Bertrand Cantat. Comment en parler ? L’artiste ? L’homme ? Par où commencer ? Tout le monde semble avoir mélangé ses regards quand il s’agit de traiter de l’ancien leader de Noir Désir, symbole de ce rock engagé dans les années 80-90. Beaucoup l’insulte, continuant ainsi à le rouler dans la boue. D’autres sont totalement indifférents. Les derniers ne demandent qu’à voir.

L’annonce de la sortie de ce « Horizons » fut maintes fois commentés, bien avant sa véritable issue, même bien avant la parution du premier titre : « Droit dans le Soleil ». Avant même les premiers balbutiements du nouveau-né Détroit, on se devait de le juger, de juger à nouveau Cantat, de lui rappeler encore une fois Vilnius, la prison, son ex-femme. Les gens ne semblent pas être capable à un moment et après une certaine durée de pouvoir séparer l’humain de l’artiste lorsque les deux sont profondément ancrés dans la culture populaire, comme l’était Noir Désir, comme l’est Cantat à aujourd’hui. Et dans l’imagerie commune, Bertrand Cantat sera toujours frappé au fer rouge de l’irréparable.

Je n’ai jamais été un inconditionnel de Noir Désir. Je connais les classiques et les albums, naturellement. Je n’ai jamais été non plus un fervent admirateur de Bertrand Cantat, éprouvant pour l’homme un juste respect n’allant jamais beaucoup plus loin. Évidemment, on ne peut pas forcément pardonner ce qui a été fait. Mais quand l’homme a été puni, s’est puni lui-même, j’estime que chacun a le droit à une deuxième chance. L’homme avait bien tenté plusieurs retours depuis 2007. Shaka Ponk, Amadou & Mariam, Eiffel, le retour puis la scission inévitable de Noir Désir… Jusqu’à ce Détroit.

L’amitié qui lit Bertrand à Pascal Humbert (Wovenhand, Passion Fodder, 16 Horsepower…) a donné naissance à ce projet (bien que les deux musiciens aient déjà composé ensemble avec « Chœurs » en 2011). Portant le nom d’une ville qui n’est désormais plus que l’ombre de ce qu’elle était dans les années 50, ce groupe agit de la même manière, portant le fardeau et le boulet que traîne Bertrand Cantat, ne cherchant aucun pardon, mais plutôt une pénitence, une manière d’exorciser le mal qui le hante depuis autant d’années. Mal-être allant même jusqu’à devoir réorganiser la sortie de l’album. Incompétence chronique de la maison de disque de l’avoir programmé à la base le 24 novembre, date de la journée internationale contre la violence à l’égard des femmes, l’album sortira finalement le 18 novembre.

« Avant de recommencer à écrire, il faut qu’il réapprenne à vivre » - Serge Teyssot-Gay, le 15 octobre 2007

À chacun de comprendre cet « Horizons » de la manière dont il l’entend, de chercher un sens plus ou moins caché et de se forcer à décortiquer chaque couplet pour en ressortir une quelconque provocation, justifiée ou non. Jamais Bertrand Cantat n’avait paru autant à fleur de peau, autant sombre et entièrement habité par la musique qu’il interprète. Mais une chose est désormais certaine : Détroit n’est pas et ne sera jamais Noir Désir. Détroit n’est pas là pour faire le deuil de Noir Désir. L’absence de « tube » et le fait que le chanteur lui-même se doit de changer son fusil d’épaule, sa position de donneur de leçons étant plus que jamais proscrite. Et cela, Bertrand l’a d’ores et déjà bien compris, livrant de ce fait un album extrêmement difficile à appréhender, à la sobriété improbable et véritablement séduisante. Cantat s’est remis depuis quelque temps à la dure loi de la promotion, se livrant chez les Inrockuptibles et s’autorisant le minimum existentiel de présence visuelle. Les désirs de lynchages médiatiques sont bien trop présents dans la presse poubelle. Mais au fond : sommes-nous réellement prêts à l’écouter ? Le malaise (car au fond, pour chacun, il ne s’agit que de ça) sera-t-il en prédominance ? Mais après autant de temps, le chanteur n’a-t-il pas le droit de s’exprimer, de nous parler à nouveau ?

Et maintenant, si nous parlions seulement … Musique ?

Pour cet album, Bertrand Cantat et Pascal Humbert en sont donc les principaux instigateurs. Mais l’on y trouve aussi quelques membres des Shaka Ponk (percussions, chœurs, claviers) ou encore la violoniste Catherine Graindorge parmi de nombreux autres musiciens apportant leurs pattes à l’univers onirique de ce disque. Souvent dépouillé d’artifice et mis à nu, l’album semble apparaître bien plus souvent comme un projet solo de Cantat dans ce qu’il y a de plus tristes et de mélancolique, quelque peu dans la suite de la voie tracée par « Des Visages, des Figures ».

« Jusqu'ici, Bertrand n'avait pas fait de références directes à sa vie. Là, il y en a. » - Didier Estèbe, ancien manager de Noir Désir

L’album se sépare en trois parties bien distinctes, chacune séparée par les interludes ambiants « Détroit 1 » et « Détroit 2 », nous y reviendrons plus tard. Trois fois trois morceaux et une reprise judicieusement choisie. Commençons par le commencement. « Ma Muse » est un titre minimaliste, reposant bien souvent sur la simple dualité acoustique/basse et une batterie lente et métronomique. Les paroles ne sont pas inspirées, mais la voix l’est. Très sombre dans un premier temps, rappelant la noirceur introspective de Saez à de nombreuses reprises, elle monte en intensité aux mêmes rythmes que la musique, plus onirique, plus atmosphérique. Ceux n’étant pas friand du Cantat anglophones crisseront sur « Glimmer in your Eyes ». L’intonation reste correcte, un air grave, cassé, mais la mauvaise impression d’assister à un rôle et non à une prestation du chanteur ; la mélodie, toujours autant minimaliste, laissera davantage de place à la contrebasse et à quelques notes d’harmonica. Un suivi parfait sur « Terre Brulante », correspondant bien mieux à ce que sait nous faire Cantat : de la poésie sombre. Musicalement, on tranche encore avec les deux ambiances précédentes, la basse domine, la voix s’élève tel un chamane lumineusement désespéré, y compris sur ces quelques montées de voix implorantes. Musicalement, l’ensemble est sobre, dans le juste, les arpèges, la basse de Pascal, rien ne dépasse et sert parfaitement l’ambiance chimérique du grand tout.

Ce premier tiers de l’album perturbe, les sonorités sont extrêmement variées, alternant allègrement entre curieuses facilitées et recherches approfondies. L’écoute se poursuit, nous interrogeant sur ce que nous allons découvrir par la suite, sur le véritable message que Bertrand veut nous communiquer. Car il y a une certaine beauté, mais peu d’éléments que nous nous attendions à écouter, pourtant. Mais « Détroit 1 » se lance. Les sonorités sont stridentes, la guitare est lente, lointaine, perdue dans un amas sonore rappelant peut-être de vieux interludes live de Noir Désir, mais, dans le cas présent, introduisant à la perfection la partie que nous attendons avec le plus d’impatience.

« Ange de Désolation ». Difficile de ne pas reconnaître Cantat dans cette description d’un homme meurtri dans sa solitude de la perte d’un être cher, qu’il aime et aimera encore et profondément et dont la disparition n’a au final était qu’un long roman orchestré par des journalistes et gens qui ne savaient probablement pas tout de l’histoire. La voix semble si lointaine, triste, mélancolique, armée d’une verve poétique brulante et pleurante, encore et toujours. Les arpèges sont minimaux, pudiques, se faisant uniquement accompagnante de la voix tremblante du chanteur. Pascal a créé un véritable bonheur auditif dans les plus belles ballades qui soient, en témoigne l’épatante « Horizon ». La voix de Cantat se fait monocorde sur les couplets, habités d’une dureté extrêmement calme, racontant la vie carcérale et son ciel barbelé avec une force touchante et intime. L’acoustique domine, l’électrique se fait subtilement écho du malaise ambiant, accélérant le rythme jusqu’à l’étouffement complet. Et c’est là que le violon de Catherine Graindorge fait sa première véritable percée, éclat de lumière lointain dans un soleil sombre. Et le terrain connue pour finir, « Droit dans le Soleil ». Duo de douceur acoustique/contrebasse, Bertrand se met à nu, déversant ses sentiments et ses peurs sans aucune concession, tel un poète maudit des temps modernes. L’ambiance constamment minimaliste, un violoncelle délicat et ambiancé pour servir à la perfection ce calme si humain, que l’on ne peut qu’écouter sans oser rayer ce silence olympien.

C’est donc cela, le véritable pouvoir d’ « Horizons » et de Détroit. La psychanalyse par la musique, la libération d’une âme parfaitement tourmentée trouvant dans ces mots et ces gestes une façon de se livrer, de se déshabiller devant ses gens, incapable de parler sans déverser leurs venins. Un pied-de-nez extraordinairement humain. Bertrand Cantat démontre, douze ans après le dernier album de Noir Désir, qu’il reste l’un des meilleurs chansonniers. Libéré des contraintes d’une peine trop intense pour vivre avec elle, il est maintenant temps de faire sortir l’énergie des musiciens, de démontrer que du désespoir à l’espoir, il n’y a finalement qu’une maigre route. « Detroit 2 », plus courte, lance une mélopée ambiante et électronique sournoise, aucunement annonciatrice de la suite.

« Le Creux de ta Main » renoue avec ce rock direct (quoique légèrement cliché sur le déroulement et parfois grossièrement ressemblant à du « Tostaky ») si cher à Pascal Humbert et à Noir Désir, les guitares électriques se lancent dans des riffs simplistes, mais efficace, la batterie claque son rythme sans aucune fioriture inutile. Les musiciens peuvent enfin laisser libre cours à une certaine folie génialissime et communicative, se traduisant par une déconstruction du rythme très intéressante sur le final. « Sa Majesté » et son rythme de basse pop, la voix désabusée et faussement calme de Cantat se moquant allègrement du système et d’une personne en particulier tranchera avec un certain talent par rapport à la mélancolie ambiante de l’album, les chœurs profondément catchy et « américanisé » de Samaha Sam (Shaka Ponk) sur les refrains, les passages de guitares presque funky, les éclats électro débridés et surtout une basse de génie de Pascal. Une ambiance confinant au plaisir simple de se moquer de choses qui n’appelle au final qu’à ça est sublimement mis en scène par cette fausse légèreté, chose que l’on quittera pour une pop-rock plus américaine sur le deuxième titre en anglais de l’album : « Null and Void ». La voix plus chantée de Cantat sera à l’appréciation de chacun, les sentiments éprouvés seront pour moi à quelques nuances près les même que sur « Glimmer in your Eyes ». Musicalement, c’est clairement les influences de « 16 Horsepower » qui ressortiront, cette pop américaine, groovante, dansante, le son y est chaud, apportant son lot de solis mélodique, d’éclat de basse ronde et entraînante, la mission parfaite d’un dernier titre, tranchant la mélancolie par un repos joyeux et amplement mérité pour Bertrand Cantat, se lâchant dans les ultimes secondes d’une énergie communicative.

Enfin presque. Détroit nous offre « Avec le Temps », reprise du titre de Léo Ferré, dont les paroles ont profondément hypnotisées et obsédées Cantat, qui vivra véritablement et intensément sa reprise, allant jusqu’à régurgiter les textes avec haine et peine mélangée. La reprise ne sera pas appréciée de tous. Les arrangements sont très méconnaissables, offrant un titre très étouffant, à la limite de l’industriel sur certains passages, dominé par une basse suffocante, des effets électroniques froids et malsains. Car avec le temps, rien ne s’en va, finalement. Clôture de ce premier voyage dans la ville fantôme américaine avec « Sonic 5 », en « Hidden Track », une conclusion ambiante et électronique, semblable parfois à des automobiles sur les montées sonores, peut-être simple clin d’œil à la puissance industrielle de Détroit (la ville) dans les années « glorieuses ».

Un album pour pénitence, un pardon général et une repentance grandiose. L’album n’est peut-être pas le meilleur de ce qu’a pu faire Cantat dans sa carrière, il n’est peut-être pas une révélation soudaine dans l’imagerie musicale actuelle, encore moins dans la musique française, puisque le duo s’est probablement barré la voix radiophonique par un disque extrêmement recherché et philosophique, posant un questionnement sans retenu sur le « pardon ». Mais quelle importance que la « célébrité » ? Cantat, probablement usé et fatigué par cet harcèlement de chaque instant, et Pascal Humbert (n’oublions pas le cœur musical qu’il représente) auront sans doute réussi leur défi de faire fermer un nombre incroyable de mauvaise gueule. Car ce merveilleux et lourd « Horizons » n’a pour vocation que d’être un disque humain malgré tout, explorant tout les paradoxes et la beauté crue et violente de notre humanité, avec ses moments de magnificences, de doutes, de colères, de peines et d’erreurs.

L’erreur est humaine, après tout. Et dans les moments noirs, rien n’est plus lumineux que de prendre une guitare et de pleurer nos maux. Et à ceux qui préparent déjà leurs mollards : contentez-vous de la boucler et d’écouter, au moins une fois. Du cœur et de l’âme : la vie.

6 Commentaires

5 J'aime

Partager

Hacktivist - 05 Janvier 2014: Excellente chronique. Quand à l'album, ça m'a semblé plus orienté poésie lyrique que rock et donc un peu déçu par les quelques titres écoutés. Je pense qu'en effet, il faut bien plus d'une écoute pour apprécier l'essence même de cet album assez personnel. Merci encore !
hotrodfrancky - 05 Janvier 2014: Tout d'abord, bravo pour ta chronique, sobre et non partisane. Sûr que cet album n'est pas un album "Rock", cela aurait certainement été indécent, au vu des circonstances, mais cet album "existe", ce qui est déjà une performance en soi. C'est déjà une victoire pour lui, car ce n'était pas gagné d'avance. Après, les goûts et les couleurs... Perso, je pense que c'est un bon album, sans plus, quelques bons morceaux, d'autres vite "gonflants". Mais j'ai quand même eu un petit pincement au coeur en l'achetant. Attendons la suite.
Mr4444 - 05 Janvier 2014: " Horizons " est, je pense, un disque d'abord sorti pour Cantat plutôt que le public en soi. Pour @Hot, tu as raison, ce disque est avant tout une victoire pour lui. Merci à vous deux :)
Celldweller55 - 11 Novembre 2014: Beaucoup l'insultent* Merci pour la chro
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Chronique @ lovemedo

10 Janvier 2014

Un soleil d'hiver

Forcément, la sortie d'un nouvel album de Bertrand Cantat ne passe pas inaperçue.

De toute façon, tout ce qui de près ou de loin se rapporte à lui et/ou à Noir Désir depuis cet été maudit fait du bruit.
J'imagine que le dernier numéro des Inrocks s'est vendu comme des petits pains. On pouvait y lire en effet la première interview de BC depuis... longtemps.

Alors, l'album "Horizons"? Concocté avec Pascal Humbert (ex-16 Horsepower) et réalisé par Bruno Green (16 Horsepower et Cantat), ce n'est pas une première collaboration. On se souvient de cette magnifique reprise du titre "The Partisan" de Léonard Cohen qui figure sur l'album Low Estate (1997). Quelle tarte ce morceau !
Le groupe avait également assuré des premières parties de Noir Désir, époque 666.667 Club.

Mais revenons à Détroit. Le Larousse nous indique "qu'un détroit est un bras de mer plus ou moins long, reliant deux étendues marines ou lacustres". Une passerelle entre deux mondes en quelque sorte. Mais quels mondes ?
Le notre ? Le Sien ? Le Leur ?

En effet, cet album est une passerelle. On y navigue dans des ambiances qui évoquent les "Bouquets de Nerfs" du dernier album de Noir Désir "Des Visages, des Figures" et de nouvelles pistes très épurées, presque à vif, nues.
La voix si reconnaissable de BC est encore plus profonde. Elle se pose sur une guitare, parfois avec un harmonica, un violoncelle ou un clavier, parfois avec tous ces instruments en même temps et des choeurs, mais elle est toujours bien mise en avant. Elle est belle, simple, grave, douloureuse. Sans artifices.
Belle production en somme. L'album s'écoute d'une traite. Les morceaux s'égrènent comme des perles noires.
On notera la participation des membres de Shaka Ponk sur certains titres. Qui à à la batterie, qui aux claviers, qui au chant.

Avec "Ma Muse" en piste n°1, on entre dans le vif du sujet sans préambule. L'Inspiration est-elle toujours au rendez-vous ? Il faut croire que oui. Elle vient encore le chercher. Et lui parvient à la capter. Et l'écriture devient une forme d'évasion, de libération.

S'en suit un titre en anglais - il y en a deux en tout et pour tout avec le second single déjà sorti "Null & Void" - qui serait presque le morceau le plus "Noirdésirien" (si si, j'ose) de l'album. Une forme de trait d'union.
Le titre "Glimmer in Your Eyes" évoque le souvenir et l'absence de l'Etre Aimé, et la navigation entre deux mondes. Tout comme "Terre Brûlante" qui semble être le fruit d'un mauvais rêve.

On en arrive au poignant "Ange de Désolation". Avec "Ma Muse" et "Horizon", ce sont les 3 seuls morceaux que BC a écrit seul. En même temps, qui d'autre que lui pouvait le faire ? Personne ne peut se mettre à sa place. Si "Ma Muse" évoque l'Inspiration et l'Amour, "Ange de Désolation" est l'Amour perdu; quand "Horizon" rime avec prison. "Cherche ton horizon entre les cloisons" (...)chante BC.

Le premier single "Droit dans le Soleil" qu'on entend ça ou là, dans tous les coins (...), semble être effectivement le parfait résumé de tous ces sentiments contradictoires, entre l'envie de témoigner et de s'affirmer, de combattre, et l'envie d'être oublié de celle que Brassens appelait la "déesse aux cent bouches".

"Le Creux de Ta Main" rappelle un peu "Alice" - dans son énergie et sa tonalité - de l'album Tostaky, ce qui n'est pas désagréable, loin de là ! BC y règle au passage ses comptes avec ceux qui l'ont traîné dans la boue. "Sa Majesté" malgré sa douce rythmique est à ranger aussi parmi les chants de lutte, de révolte, en version plus acide.

Quant au final, Bertrand Cantat a choisi de revisiter un monument de la Chanson Française : "Avec le Temps" de Léo Ferré. Le résultat est simplement bouleversant, même si l'orchestration peut surprendre au début, mais l'interprétation est d'un tel niveau... Et puis Ferré, c'est du lourd. Déjà, avec "Des Armes" texte du même Léo mis en musique par Noir Désir sur le dernier album, Bertrand s'était frotté au Maître, mais là ... chapeau bas. Résulat : frissons garantis.

Si vous laissez le CD tourner, vous découvrirez une "hidden track" (Sonic 5) dans la même veine que les deux instrumentaux de l'album. Ce sont des morceaux d'entre deux mondes, voire d'outre-mondes. La passerelle toujours...

Pour conclure, un très bon album, inattendu, déroutant de sincérité, simple, efficace, mais il est un peu comme un soleil d'hiver. On aime sa lumière et sa pureté. Mais sa chaleur ne vous réchauffe pas assez, même si elle fait du bien.


2 Commentaires

1 J'aime

Partager
hotrodfrancky - 10 Janvier 2014: La parution de l'album de Cantat est un bienfait, elle prouve que l'on avait le droit de lui laisser sa chance. Il a su saisir celle-ci, espérons que la suite sera encore meilleure. PS; j't'avais bien dit qu'il te plairai, c't'album...
OVERKILL77 - 11 Janvier 2014: Merci pour le texte l'ami. J'ai acheté l'album à sa sortie, et je n'ai pas vraiment eût le temps de rentrer dedans... Trop d'album commandés et plus trop de temps pour écouter. Vous avez dit "achats compulsifs" ??? Quoi que l'on pense du bonhomme, pour moi il a payé sa dette... ni plus ni moins qu'un autre... Cet album nous fait du bien autant qu'à lui je suppose, donc... Je vais tacher de trouver un moment de solitude pour entrer de plein pied dans ce témoignage de sincérité, c'est promis ! Merci encore ;-)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Détroit