Frogstomp

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Silverchair
Nom de l'album Frogstomp
Type Album
Date de parution 27 Mars 1995
Labels Murmur
Style MusicalGrunge
Membres possèdant cet album36

Tracklist

1. Israel's Son 05:18
2. Tomorrow 04:26
3. Faultline 04:19
4. Pure Massacre 04:28
5. Shade 04:02
6. Leave Me Out 03:03
7. Suicidal Dream 03:12
8. Madman 02:43
9. Undecided 04:36
10. Cicada 05:10
11. Findaway 02:57
Total playing time 44:14

Chronique @ Hacktivist

29 Décembre 2013

L'un des artistes les plus prometteurs de cette seconde vague grunge.

Pas facile de se placer au sommet des charts lorsque la scène grunge, tourne presque exclusivement sur la seule ville de Seattle aux États-Unis, d'où son nom, le Seattle Sound. Pourtant, ce jeune trio Australien dont les membres sont âgés d'à peine seize ans, s'adonne à un grunge très influencé par le Big Four de l'époque dont Nirvana, d'où est tirée une partie du nom de Silverchair, fusion du titre "SLiver" de Nirvana et du morceau "Berlin Chair" du groupe Australien You Am I.

Un succès sur la scène nationale, qui leur aura permis de remporter la compétition Pick Me grâce à leur démo de "Tomorrow" puis de signer chez Murmur Records, devenant ainsi, l'un des premiers grands tubes de la formation. Ils changeront donc de nom pour Silverchair lors du tournage de la vidéo en 1994, alors qu'ils se nommaient Innocent Criminals à leur formation au début des années 90' et étaient alors organisés en un quatuor (avec un second guitariste du nom de Tobin Finane qui ne resta que très peu de temps).

Malgré leur jeune âge, le trio reste très engagé comme nous le démontrent les lyrics de "Israel's Son" (« If you're not here soon, I'll kill your friend instead » ou encore « Pain and execution, Put your hands in the air ») par exemple, et ses paroles d'une si grande dureté, évoquant sans doute des événements ou des massacres passés en Israël. Là, est aussi la force du morceau, non seulement placé en guise d'ouverture à ce "Frogstomp" mais s'intensifiant vers l'outro avec une rythmique plus rapide et des screams rappelant la terreur provoquée par une probable exécution.

Il en va de même pour les titres si évocateurs tels que "Pure Massacre" sonnant dès les premiers instants comme à l'aube d'un massacre par ses lignes mélodiques et par la voix mélancolique de Daniel Johns ou avec "Suicidal Dream" où l'on remarquera un contraste entre les paroles tristes et les mélodies plus reposantes voire même rêveuses, avec des riffs empruntés à "Bleed the Freak" de Alice In Chains. Dans un autre style, "Madman" n'est quant à lui, qu'un violent enchaînement de riffs acérés, d'une batterie déferlante et de l'amorce d'une première voix gutturale (très brève cependant, que l'on retrouve aussi sur "Leave Me Out" ou "Faultline") pouvant presque rappeler la fougue de Gavin Rossdale sur le premier opus de Bush intitulé "Sixteen Stone" - délivré un an plus tôt.

Le style de grunge pratiqué reste malgré tout, dans un ton rock alternatif avec des rythmiques punk-hardcore à la Nirvana ("Findaway" ou "Madman") et quelques ballades agrémentant le tout dont "Shade". Mais d'un autre côté, certains morceaux se révèlent un peu moins intéressants comme "Leave Me Out" ou "Findaway" par leur manque d'efficacité ou d'inspiration mais quoi qu'il en soit, Silverchair a tenté une première percée dans le monde du grunge avec des performances qui se relèveront sans doute payantes dans leur avenir discographique.

Au-delà de cette pochette amusante et de ses thèmes lyriques assez communs dans le domaine du grunge, se cache pourtant bien un talent, qui pour son âge, se révèle l'un des artistes les plus prometteurs de cette seconde vague. Ce "Frogstomp" contenant des hits, pouvant amener Silverchair jusque bien au-delà de ses premiers succès d'adolescence pour le faire mûrir davantage.

1 Commentaire

2 J'aime

Partager
 
Greg013 - 28 Mars 2014: A l'écoute de ce disque, on pourrait croire que Silverchair est l'un des enfants de Seattle et bien non, ils nous viennent tout droit d'Australie. Ce qui n'empêche pas de considérer ce disque comme un classique du genre, au milieu des Facelift, Ten, Superunknown ou In utero.

Silverchair ne se contentant pas de s'inspirer de la scène dont sont issus les groupes auteurs des albums précités, mais en affirmant un style propre à eux, notamment au niveau des guitares, dont les riffs s'avérent bien gras, presque sludge. Le titre Madman où alternent mid-tempo et accélérations l'illustre assez bien.

Ce côté "metallique" ne rébutera pas les fans du genre, car les tubes "grunge" ne manquent pas sur cet album (Israel's Son, Faultline, Leave Me Out, ou les plus mélancoliques Shade et Suicidal Dream, ce dernier rappelant Fell On Black Days de Soundgarden).

Bref, si vous aimez de temps à autre replonger dans le son alternatif des années 90, Frogstomp est à posséder d'urgence.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Silverchair