Asylum

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Kiss
Nom de l'album Asylum
Type Album
Date de parution 1985
Style MusicalHard-Rock
Membres possèdant cet album14

Tracklist

1. King Of The Mountain 04:20
2. Any Way You Slice It 04:04
3. Who Wants to Be Lonely 04:03
4. Trial by Fire 03:26
5. I'm Alive 03:47
6. Love's a Deadly Weapon 03:31
7. Tears Are Falling 03:53
8. Secretly Cruel 03:44
9. Radar for Love 04:02
10. Uh! All Night 04:01
Total playing time 38:51

Acheter cet album

 $6.74  9,87 €  58,46 €  £34.99  $14.63  12,99 €  10,99 €
Spirit of Rock est soutenu par ses lecteurs. Quand vous achetez via nos liens commerciaux, le site peut gagner une commission

Kiss


Chronique @ Loloceltic

07 Octobre 2013

Bien exécuté mais manquant un peu de profondeur.

Après un "Animalize" que nous qualifierons de mitigé, Kiss s’offre un nouveau changement de guitariste : le quatrième en 4 albums ! Exit le discret Mark St John et bienvenue à Bruce Kulick. Et il ne s’agit pas là du seul remaniement : après la disparition du maquillage et un hard relativement heavy sur "Lick It Up", les tenues 'animalières à rayures' et le hard-rock agressif de "Animalize", voici venir le look 'strass et paillettes' et le Hard Glam US du nouveau venu "Asylum". Et il faut voir Paul Stanley enchainer les déhanchements suggestifs et les pas chassés à la virilité limitée dans les différents clips-vidéos accompagnants la sortie de cet opus, pour comprendre que ce dernier est à l’origine de ce nouveau changement d’orientation.

Alors bien sûr, le style Kiss reste aisément reconnaissable, trop peut-être ! En effet, il faut voir à quel point le riff du hit que fût "Lick It Up" a marqué le quatuor, ou plutôt ses deux leaders. Après l’avoir recyclé sur "Heaven’s On Fire" lors du précédent album, ce ne sont pas moins de 3 titres qui sont ici dotés d’un riff ultra simple, direct et efficace qui renvoie directement au premier tube de l’ère 'démaquillée' des Américains, dont deux font l’objet d’un clip et ayant des visées commerciales évidentes : les glamours "Who Wants to Be Lonely" et "Tears Are Falling" aux refrains évidents et tubesques, alors que "Trial By Fire" pousse encore plus loin le clonage.

Pourtant, Stanley et Simmons, à nouveaux épaulés par Desmond Child et Jean Beauvoir pour la composition de plusieurs titres, réussissent malgré tout à rendre cet album agréable et bien ancré dans son époque. On se laisse ainsi facilement accrocher par les dynamiques "King Of The Mountain" ou "I’m Alive", ou par l’hymnique "Uh ! All Night", alors que Simmons se pose comme le garant de la face rock et agressive de Kiss avec le groovy et cinglant "Any Way You Slice It" ou un "Love’s A Deadly Weapon" malheureusement handicapé par un refrain trop faiblard. Et puis il y a la nouvelle arme secrète des deux leaders du groupe, à savoir un Bruce Kulick à la technique fulgurante, sauvant plusieurs titres de la médiocrité grâce à des soli tour à tour enflammés, hallucinants de vitesse ou gorgés de feeling.

Ces points positifs, s’ils permettent à Kiss de remonter un peu la pente après le décevant "Animalize", n’empêchent cependant pas cet "Asylum" de rester un album, certes agréable, mais relativement moyen et manquant pour le moins d’inspiration et d’ambition artistique. Certains argueront qu’après tout, ce n’est pas ce qu’on demande à Kiss et qu’il nous donne à nouveau ce que nous attendons de lui. Ils n’auront pas forcément complètement tort, mais pour notre part, nous sommes un peu plus exigeants envers un combo que nous savons capable de beaucoup mieux que cette démonstration d’un savoir-faire bien exécuté, mais manquant singulièrement de profondeur.

0 Commentaire

0 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire