Slave to the Grind

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Skid Row
Nom de l'album Slave to the Grind
Type Album
Date de parution 11 Juin 1991
Produit par Michael Wagener
Style MusicalHard-Rock
Membres possèdant cet album17

Tracklist

1. Monkey Business 04:19
2. Slave to the Grind 03:29
3. The Threat 03:50
4. Quicksand Jesus 05:26
5. Psycho Love 03:57
6. Get the Fuck Out 02:42
7. Livin' on a Chain Gang 03:58
8. Creepshow 03:58
9. In a Darkened Room 03:54
10. Riot Act 02:40
11. Mudkicker 03:53
12. Wasted Time 05:48
Total playing time 47:54

Chronique @ megalex1986

09 Décembre 2012

Ultime témoignage d'un groupe incroyable...

La fin d'un âge et le début d'une ère nouvelle... Voilà comment l'on pourrait considérer cette terrible année '91, une date à marquer au fer rouge pour le mélomane. Nirvana, Metallica, Guns N' Roses, le renouveau artistique des "vieux" (AC-DC, Alice Cooper, Ozzy Osbourne,...), l'émergence du Death aux yeux du grand public,... En bien ou en mal, cette révolution musicale n'aura laissé personne indifférent. Mais cette date signe aussi la fin du règne du Metal des 80's au malheur de tous les hardos, thrashers,... C'est dans cette époque incertaine que Skid Row s'apprête à sortir son second opus, 2 ans après son déjà culte premier album. Le succès de leur premier skeud et leur aspect scénique a permis à Skid Row de véritablement devenir un icône naissante du Hard Rock leur permettant de réaliser les premières parties de groupes prestigieux tels que Mötley Crüe et les Guns, comme lors du flamboyant concert au Wembley Stadium en 91' où Bach lança tellement de "fuck" que le groupe fut ensuite interdit d'y rejouer par après. Bref il n'est pas nécessaire de rappeler que le succès du combo tient aussi au comportement rebelle et complètement barge du chanteur ainsi que grâce à son chant incroyable.

Salve to the Grind sort le 11 juin 1991 et il est à noter la superbe illustration peinte par le père de Bach. L’album s'envole de suite à la première place du Bilboard 200, signe d'un succès incroyable pour le combo du New Jersey. Enregistré au Rockfeller Plaza, distribué de nouveau par Atlantic Records et encore une fois produit par Michael Wagener. Et parlons-en de la production, car c'est l'une des grandes caractéristiques de l'album, directement inspiré par le superbe son de Cowboy From Hell de Pantera sorti un an plus tôt. Cet ingrédient rend la musique de Skid Row d'une puissance et d'une intensité réellement incroyable rendant leur musique plus magnifique qu'elle ne l'était déjà avant. Et il suffit de démarrer l'album pour ce rendre compte du travail parfait sur le son. Monkey Business ouvre le bal de manière magistrale en venant nous foutre un véritable poing dans la gueule dès la fin de la courte intro à la guitare clean ! Entraînant, les riffs dantesques sont toujours bien là et que dire de Bach ! Toujours aussi bon ! Skid Row fout une claque magistrale dès le début et qui durera jusqu'à la fin de l'album. Aucun temps mort suite au terrible Slave to the Grind à la basse vrombissante et à The Threat au riff superbe. S'il y a quelque chose que Skid Row a d'unique, c'est son art de pondre des mélodies et des riffs entraînants d'une puissance hors-norme. Si le premier opus proposait déjà des morceaux d'anthologies tels que Youth Gone Wild, Big Guns, Midnight/Tornado,... Alors sur Slave to the Grind, le groupe semble avoir atteint sa quintessence ! Du surpuissant Get the Fuck Out au génial Livin' On a Chain Gang en passant par Psycho Love, cet album se veut un véritable concentré d'hymnes du Hard Rock ! Pas une seule seconde à jeter, d'une rare intensité et d'une émotion rarement atteinte grâce aux vocaux si parfaits de Bach.

Et tant à parler d’émotion, Skid Row nous concocte dans cet album des ballades d’une beauté incroyable que ça soit Quicksand Jesus, In a Darkened Room ou Wasted Time. Cette dernière se voit enjolivé de la plus belle des manières par une guitare 12 cordes qui donne à ce morceau un son et une ambiance fantastique. Mais que dire des solos ? Si ceux de l’album éponyme se voulaient sympathique sans non plus être transcendants, cette fois-ci les gratteux ont réalisé un travail impeccable tel que sur le magnifique In a Darkened Room (cette intro et ce solo...). Et tant qu’à dire du bien de tous le monde, une mention à Bach pour ces cris remplis d’émotions qui malheureusement finiront pas avoir raison de sa voix dans le futur...

Comment définir cet opus autrement que par le mot chef d’œuvre ? Un joyau de Hard Rock se rapprochant beaucoup du Power U.S. de Pantera. Un album d’une grandeur artistique et émotionnel quasi jamais atteinte depuis. La quintessence d’un art, Skid Row offre de par cet œuvre un pur moment de bonheur que jamais le groupe ne saura reproduite par la suite, la faute à un avenir brisé par un album moyen et par des disputes internes qui feront partir Bach et Rob Affuso. Slave to the Grind et l’opus éponyme resteront les ultimes témoignages d’un groupe d’un talent incroyable qui aura réussi à illuminé le Hard Rock de par son talent pendant quelques années...

2 Commentaires

1 J'aime

Partager
Bloodorn - 09 Décembre 2012: On dirait que j'ai une lacune à combler rapido :)

Merci pour ta chronique
megalex1986 - 10 Décembre 2012: Merci du compliment ! Sinon oui il faut vraiment écouter celui ci et l'album éponyme, de vrais monuments du Hard Rock. Mais Slave to the Gring récolte la palme d'or car là le groupe possède LE son qui les différencie des autres groupes. Et puis, que des tueuries dans ces deux disques, rien à jeter ! :-)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire