Reasons to Hang Around

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
Nom du groupe Minor Majority
Nom de l'album Reasons to Hang Around
Type Album
Date de parution Janvier 2006
Style MusicalPop Rock
Membres possèdant cet album3

Tracklist

1. Wish You'd Hold That Smile
2. Don't Say You Love Me
3. Come Back to Me
4. As Good As it Gets
5. There Will Come Another
6. Alison
7. You Were Saying
8. Let the Night Begin
9. Supergirl
10. Keep Coming Around
11. No Particular Girl
12. The Long Way Home
13. What You Do to Me

Acheter cet album

Minor Majority


Chronique @ Bloodorn

16 Janvier 2012
Depuis ses débuts le groupe norvégien folk pop/rock Minor Majority rencontre un franc succès dans son pays et a même partagé l’affiche avec The Walkabouts ou Violent Femmes sur certaines dates à Oslo. Mais c’est seulement à partir de la sortie de leur troisième effort « Up for You & I » que ce sympathique quintette connaît une (timide) reconnaissance internationale et a l’occasion de monter sur scène en Allemagne, en Suisse et en France.

Autant être clair d’entrée de jeu : Minor Majority est le digne héritier de ces autres formations norvégiennes que sont Midnight Choir et Madrugada (NOR). Tout ici est douceur et raffinement. La recette de « Reasons to Hang Around » diffère peu de « Up for You & I », à savoir un ensemble soigné de chansons folk acoustiques aux allures de ballades empruntant autant à l’americana qu’à R.E.M.. Mais là où « Up for You & I » se révélait un peu linéaire, « Reasons to Hang Around » se veut plus riche en textures et plus percutant (toute proportion gardée). Les 13 compositions qui constituent cet opus s’appréhendent sans difficulté. Leur construction est simple et plutôt classique. Sur des bases rythmiques boisées bien en place viennent se greffer des arrangements feutrés supportant à merveille le timbre chaud et rassurant de Pål Angelskår pouvant rappeler Michael Stipe (R.E.M.), Sivert Høyem (Madrugada (NOR)) ou encore Suart Staples (Tindersticks). Par ailleurs, on retrouve avec bonheur la chanteuse Maria Solheim (qu’on pourrait situer entre Olga Kouklaki et Stina Nordenstam) sur le titre "Keep Coming Around" qui nous réservent à nouveau quelques très beaux moments tant la voix sensuelle et délicate de la chanteuse complète bien le chant assuré et plein de gravité de Pål Angelskår.

Ce quatrième album expose une nouvelle fois tout le talent de la formation norvégienne pour concevoir des morceaux tout en sobriété, en tristesse contenue et en douce mélancolie sans jamais verser dans l’effusion larmoyante ou guimauve. Que ce soit avec le lent et songeur "You Were Saying" ou avec le pop "Supergirl", une ambiance rêveuse et une apaisante mélancolie envahit l’auditeur et rend cet album attachant voire carrément addictif. Néanmoins, à mesure que l'on avance dans le disque, un léger sentiment de lassitude peut s’installer dû à une structure qui varie peu d’un morceau à l’autre. Malgré tout, cette faiblesse est contrebalancée par la variété d’arrangements bien pensés : un discret violon redonne de l’élan au titre "As Good as It Gets", quelques notes de piano bercent l’amertume de "The Long Way Home" tandis qu’un harmonica accompagne "There Will Come Another" et qu’un banjo prend son envol sur le très réussi "Alison", apportant ainsi une chaleur qu’on peut trouver chez un Calexico. Il ne faut pas non plus oublier la guitare évanescente de Jon Arild Stieng qui dessine des touches d’électricités bienvenues dans cet univers essentiellement dominé par l’acoustique.

Avec ce disque Minor Majority ne joue pas la carte de la prise de risque, mais il est difficile de leur en vouloir tant les compositions sont exécutées avec talent et naturel. De plus, une production soignée confère aux parties plus électriques une certaine puissance tout en offrant une grande clarté à chaque instrument sur les passages plus calmes. Bref, tout est savamment calculé pour que chaque élément trouve sa juste place. Même la batterie, au toucher des plus discrets (presque timide), n’est jamais noyée en toile de fond.

Si quelques titres tels que "Wish You’d Hold That Smile","Let the Night Begin", "Alison" ou encore "Come Back to Me" constituent quelques uns des plus beaux moments de « Reasons to Hang Around », aucune chanson ne se distingue véritablement par sa grande réussite ou au contraire par sa médiocrité. Tout est d’une égale valeur et forme un ensemble cohérent qui s’écoute d’une traite. Les fans de Nick Drake à Whiskeytown en passant par Simon And Garfunkel, Cat Stevens, et Midlake risquent fort d’être séduits par la musique attachante de Minor Majority.

Bl.

5 Commentaires

3 J'aime

Partager

Kalamazoo - 16 Janvier 2012: J'avoue j'ai pas encore lu la chronique j'ai directement été au video et là belle surprise pas énorme mais ça sonne comme un album du dimanche matin qu'on met alors qu'un rayon de soleil passe par la fenêtre pour s’écraser sur ma tartine encore endormie... Merci

Ca y est je l'ai lu avec en fond l'album que j'ai ....bon ca va!!!Chronique juste et collé à l'album belle retranscription de ce qu'on en attend du coup.

La "monotonie me rappel un peu Chris Isaac" mais l'album défile sans soucis simplement.

CA me fais plaisir parce qu’a chaque fois que je lis "groupe Norvégien" j'imagine des gars tout maquillés très vilain qui sont potes avec des bouchers des incendiaire lol enfin la Norvége c'est surtout le Black hein ?
On en oublierai presque qu'il y a d'autre personnes qui font de la musique dans ce pays.
Encore merci !



J'aime les voix et juste le son d'une séche je suis donc comblé
Kalamazoo - 16 Janvier 2012: Mon morceau favori
As Good As it Gets il y a une force sous-jacente parce que le morceau décolle sans jamais exploser vraiment .C'est bon ça man c'est bon
Bloodorn - 20 Janvier 2012: @Kalamazoo : "ma tartine encore endormie". Ben tes tartines elles sont bizarres !!



T'aime pas le black metal ? Je suis cette scène depuis à peu près quinze ans et c'est un peu grâce à elle que j'ai découvert des groupes comme Minor Majority. Parce que bon, le black c'est un peu l'arbre qui cache la forêt !



Sinon, la Norvège n'a plus le monopole de ce style depuis des lustres (la France, par exemple, a une scène qui se porte plutôt bien...), le seul problème c'est que les medias et certains fans entretiennent auprès du public un ramassis de clichés et de lieux communs qui déforment notre vision culturelle de la Norvège. Il y eut des événements peu glorieux (ça fait vingt ans alors zut !) mais il y en a aussi eut ailleurs... D'ailleurs le rock, le rap ont aussi quelques cadavres dans leur placard !



Toutefois, il faut quand même reconnaître (je me base sur l'histoire de Minor Majority) que certains groupes norvégiens semblent rencontrer beaucoup de difficultés à se faire connaître en-dehors de leurs frontières. Au vu de la qualité de leur musique en général, l'avenir nous réservent encore pas mal de jolies surprises venues du nord, j'en suis sûr.



Il y a par ailleurs une anecdote intéressante : si l'on en croit les dires de Pal Angelskar, lui et Kristiansen (alias Maniac), l'ancien chanteur du groupe de black metal Mayhem, auraient échangés des albums de leur groupe respectif et chacun a apprécié la musique de l'autre. La morale de cette petite histoire : de bonnes choses se font aussi en black metal et un peu d'ouverture d'esprit est toujours bénéfique (je ne vise personne en particulier...).
Kalamazoo - 21 Janvier 2012: Ma reflexion est bien fondée sur ma meconnaissance du black metal
.Il ne faaut donc pas mélanger culture générale et ouverture d'esprit.
Ma meconnaissance du domaine fait que je raméne ce pays musicalement au Black metal et à sa caricatirure (vu que je n'en ai pas les connaissances)Je n'ai a aucun moment critiqué le genre .Moi je me suis arrété debut 90 a Napalm death entombed et Obytuary je n'ai pas suivi les différentes evolutions cela ne m'interressait pas j'ai donc une vision caricaturé .Cela peu t il être reproché?
Mais maintenant je connais un groupe norvegien qui fait de la bonne zik merci encore:.)
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire