Madrugada

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
18/20
Nom du groupe Madrugada (NOR)
Nom de l'album Madrugada
Type Album
Date de parution 2008
Labels EMI Records
Style MusicalRock Alternatif
Membres possèdant cet album2

Tracklist

1. Whatever Happened to You ?
2. The Hour of the Wolf
3. Look Away Lucifer
4. Honey Bee
5. New Woman/New Man
6. What's on Your Mind ?
7. Highway of Light
8. Valley of Deception
9. Our Time Won't Live That Long

Chronique @ Bloodorn

08 Août 2011

La lumière a son temps...

"La lumière a son temps, qui lui fut mesuré ; mais le royaume de la Nuit est hors le temps et l’espace." (Novalis)


Formé de Sivert Hoyem (chant), Robert Buras (guitare), Frode Jacobsen (bass), Madrugada est un groupe de rock norvégien créé en 1995. Dès la sortie du premier album Industrial Silence (2000) Madrugada connaît un vif succès et squatte régulièrement le sommet des charts norvégiens avant de séduire le reste de l’Europe avec la sortie, en 2001, du très beau The Nightly Disease. En 2002 sort l’électrique et plus controversé Grit suivit en 2005 du luxueux The Deep End. En 2007, le talentueux guitariste Robert Buras disparaît alors que le groupe venait à peine de finir l’enregistrement du nouvel album, lequel sortira finalement en 2008 et sera sobrement titré Madrugada.

La première chose que l’on peut dire sur ce disque c’est qu’il fait honneur à une discographie déjà exemplaire. On y retrouve avec bonheur la marque de fabrique du groupe, à savoir un blues rock mélancolique et bleuté empruntant autant à l’américana (16 Horsepower…) qu’à Nick Cave, au Velvet Underground et R.E.M., sans oublier quelques clins d’œil aux sonorités espagnoles que suggèrent leur patronyme. Le tout étant enrobé d’une bonne dose d’ambiances sombres et mélancoliques telles que l’on peut en rencontrer chez cette autre formation norvégienne, aujourd’hui disparue mais déjà considérée comme classique dans son pays : Midnight Choir. Ces derniers, bien qu’officiant dans un syle une peu plus pop, partagent avec Madrugada une démarche similaire : un attrait pour la musique américaine, du gospel au folk; de fréquents déplacements aux Etats-Unis pour les enregistrements et une écriture limpide, précise ainsi que des thématiques très personnelles et rarement amusantes (amours désenchantés, solitude, urbanisme décadent…)

En ce qui concerne la description du contenu de ce cinquième album des norvégiens, il est difficile de ne pas céder aux sirènes du "track by track" tant chaque titre est parfait (non, je n’exagère pas !). Prenons le titre d’ouverture "Whatever Happened to You ?", longue introspection soutenue par une rythmique lente, bien marquée et une guitare électrique comme épine dorsale, parfois douce et effacée, parfois plus frontale et saturée mais toujours terriblement expressive. Robert Buras était vraiment un formidable musicien que l'on a pas fini de regretter. Madrugada c’est aussi la voix chaude et profonde de Sivert Hoyem (lequel poursuit également une belle carrière solo), quelque part entre Nick Cave, Michael Stipe (R.E.M.) et Léonard Cohen. Sur ce premier titre il faut l’entendre, sur un ton un peu détaché, conter je ne sais quelle désillusion, c’est tout bonnement bouleversant. D’ailleurs je trouve un peu dommage que les paroles ne soient jamais jointes aux livrets, mais bon, c’est un détail, alors passons. "Whatever Happened to You ?" s’achève dans une lourde électricité et c’est le pêchu "The Hour of the Wolf" qui prend le relais avec une rythmique enlevée, voire dansante, aux accents ispaniques avant de s’effacer devant le majestueux et torturé "Look Away Lucifer". Et là, instantanément, c’est le frisson : refrain simple et ensorcelant, une tension sous-jacente qui finira par exploser dans un éclat saturé et noisy. Ce titre ne se décrit pas, il se vit et peut même remplacer, pour certains, un bon nombre de séances de psychothérapie onéreuses. "Look Away Lucifer" est assurément un des meilleurs titres que le trio norvégien ait écrits et la perle (noire) de cet album. Au sortir de ce morceau on se sent libre, tout simplement. La preuve que pour chasser le(s) démon(s) il n’est pas nécessaire de faire dans la démesure saturée.

Avec une grande fluidité, titre après titre, Madrugada nous hypnotise à coup de ballades comme le doux "Honey Bee" ou le pop et mélodieux "What’s on your Mind ?" Et toujours, en toile de fond, cette mélancolie charriée par le chant de Sivert Hoyem et de subtiles arrangements (par exemple les cordes qui accompagnent Highway of Light). D’ailleurs, parlons-en des arrangements : tout est millimétré chez Madrugada, au détail près. C’est presque mathématique ! Pas de place ici pour l’à-peu-près et l’improvisation. Un soin maniaque est apporté à tous les niveaux, chose qui pourra peut-être déranger certains, car dans le rock on aime bien un peu de spontanéité et d’imprévu. Ceci dit, la production est parfaite, ni trop lisse ni trop garage et les discrètes mais essentielles interventions d’orgue, de saxophone, de chœurs se fondent si bien avec l’ensemble qu’à la première écoute on ne se rend pas forcément compte qu’elles sont là. Bref, un travail de professionnels.

Ce qui nous amène au dernier morceau, "Our Time Won’t Live That Long" qui tranche avec tout ce qui vient d’être dit. Ce dernier titre est un hommage au guitariste Robert Buras. Ici pas d’arrangements, pas d’overdubs ni de corrections intempestives après coup, juste le guitariste accompagné d’un orgue en toute fin de morceau. Une chanson blues dans la plus belle tradition : un homme, sa guitare, sa vie. On se tait et on écoute, le cœur en miettes…

Il y aura toujours des mauvaises langues pour dire que Madrugada c’est pas original, que ça ressemble à maints autres groupes (notamment les Tindersticks et The Walkabouts). A ceux-là je réponds : Madrugada c'est la classe alliée à la simplicité ! Oui, ce groupe n’a pas inventé la poudre ! mais je connais peu de formations qui, comme eux, ont réussi à signer plusieurs albums à chaque fois très bons sans se montrer répétitifs ou redondants et parvenir à toujours transmettre, au travers de leur musique, des émotions profondes sans tomber dans la mièvrerie. De plus, comme "Madrugada" est l’album le mieux construit et qui démontre le plus de maîtrise et de sensibilité, je lui colle un 20/20. A un tel niveau, on ne discute plus !

Bl.


1 Commentaire

3 J'aime

Partager
 
MrDamage57 - 14 Décembre 2011: Merci pour cette excellente chronique de ce groupe que je ne connaissais.
Je suis en train d'écouter les vidéos. J'ai eu quelques frissons dans le dos au début de l'écoute de la vidéo. Je pense que je vais le rajouter dans ma listes des groupes favoris.
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire