Kid A

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe Radiohead
Nom de l'album Kid A
Type Album
Date de parution 03 Octobre 2000
Style MusicalRock Alternatif
Membres possèdant cet album81

Tracklist

Re-Issue version USA in 19.12.2000 by Capitol Records with a different cover
1.
 Everything in Its Right Place
 04:11
2.
 Kid A
 04:44
3.
 The National Anthem
 05:51
4.
 How to Disappear Completely
 05:56
5.
 Treefingers
 03:42
6.
 Optimistic
 05:15
7.
 In Limbo
 03:31
8.
 Idioteque
 05:09
9.
 Morning Bell
 04:35
10.
 Motion Picture Soundtrack
 07:00

Durée totale : 49:54

Acheter cet album

 $18.17  29,99 €  31,99 €  £26.57  $68.20  24,99 €  11,68 €
Spirit of Rock est soutenu par ses lecteurs. Quand vous achetez via nos liens commerciaux, le site peut gagner une commission

Radiohead


Chronique @ zvlorg

05 Novembre 2010
Les années passent, les styles se multiplient, mais certaines situations se reproduisent à l’infini. Radiohead a vu loin avec son chef d’oeuvre OK Computer, qui a ouvert la voie à un rock indé atmosphérique particulièrement inspiré et novateur, mais le groupe est désormais dans une position que tous les grands noms ont connu, l’après. Et peu importe l’époque ou la qualité musicale, il semblerait que les groupes éprouvent toujours les mêmes difficultés à trouver une suite à un album qui a atteint des sommets, en témoigne les 3 longues années de silence qui ont suivi OK Computer. Durant cette période, Radiohead se fait oublier et cherche sa voie. Finalement, Kid A arrive en 2000 et suscitera la déception des critiques et de certains fans. L’explication est simple, Kid A n’a rien de commun avec OK Computer, l’ambiance mélancolique laisse ici place à un vent électronique glacial et sans émotion, mais c’est Justement pour cela que Kid A est brillant.

Effectivement, des titres comme Everything in Its Right Place, Kid A ou In Limbo n’ont rien d’attendrissant, et sont au contraire l’expression d’un univers futuriste qui sombre dans le néant, mais c’est au fil des écoutes qu’on s’y laisse entraîner, au point de s’y enfermer pour mieux l’apprécier. Certes de la mélancolie, il y en a dans Kid A, mais de manière nettement plus noire et sans-espoir que dans OK Computer, How to Disappear Completely ou le sublime et jazzy Morning Bell sont des tourbillons de noirceur sans aucune concession, anéantissant tout espoir, et ce n’est pas le vaillant Optimistic qui remettra du baume au coeur, espérance illusoire qui au final sonne aussi agonisant que les autres titres, et où Thom Yorke incarne à merveille ce sentiment avec sa voie implorante au bord du gouffre. Le rythmé Idioteque ajoute un peu d’énergie à l’ensemble, sans pour autant nuire à l’atmosphère générale, bien au contraire, les mélodies électroniques y sont plus froides que jamais. Mais le titre qui plane au dessus des autres, celui qui fait passer Kid A au rang des grandes réussites, c’est The National Anthem, conduit par une bass lancinante, assez proche des premiers albums de Simple Minds, combinant parfaitement groove et désespoir, conclu par des cuivres chaotiques, un vrai bijou.

Si OK Computer attendrissait, Kid A est arrivé dans une volonté de destruction de tout sentiment humain, pour se noyer dans un océan électronique sans vie et pourtant tout aussi fascinant. Qu’on ait aimé ou pas, chacun peut reconnaitre la grandeur et l’audace d’un album comme Kid A qui tourne radicalement le dos à ses prédécesseurs pour s’ouvrir vers de nouveaux horizons, moins accessibles et plus expérimentaux, qui confirment le génie créatif de Radiohead.

0 Commentaire

4 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire