III

ajouter les paroles de l'album
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
15/20
Nom du groupe Bask
Nom de l'album III
Type Album
Date de parution 08 Novembre 2019
Style MusicalStoner Rock
Membres possèdant cet album1

Tracklist

1.
 Three White Feet
 
2.
 New Dominion
 
3.
 Stone Eyed
 
4.
 Rid of You
 
5.
 Noble Daughters I: The Stave
 
6.
 Noble Daughters II: The Bow
 
7.
 Maiden Mother Crone
 

Chronique @ JeanEdernDesecrator

07 Avril 2020

Un rock psychédélique ciselé dans les Appalaches

D'aucuns disaient que le rock est une musique de voyous. D'aucuns disent que le rock est mort. D'aucuns disent n'importe quoi et on s'en fout, ce qui fait que depuis de nombreuses années, les groupes qui font encore du rock au 21ème siècle bénéficient d'une relative liberté d'expression musicale. Post rock, rock psychédélique, stoner rock, toutes ces étiquettes pourraient être collées aux Bask (cette blague m'est venue à l'insu de mon plein gré, je le jure sur la tête de mon pingouin de Tanzanie), et pourtant aucune ne leur va vraiment.

Ce quatuor formé en 2013 à Asheville, Caroline du Nord, Etats-Unis, n'a que très peu changé depuis lors, avec toujours les mêmes membres : Zeb Camp (guitare, chant), Ray Worth (guitare), et pour la section rythmique Scott Middleton (batterie) et Jesse Van Note (basse). Sa musique a évolué lentement entre ses deux premiers albums. Après un "American Hollow" en 2014, qui proposait un mélange d'American Rock sudiste mâtiné de relents de country, avec des éléments empruntés au grunge et au metal, Bask est revenu avec "Ramble Beyond" en 2017, versant plus vers le stoner rock emballé de psychédélisme progressif.
Mais toutes les étiquettes précitées depuis le début de cette chronique étaient présentes sur ces deux albums, au point que d'une écoute sur l'autre, on remarque un peu plus les unes ou les autres, et que ce groupe reste difficile à cerner.

Bask a tourné aux USA et en Europe, avec partageant l'affiche avec des noms aussi divers que High On Fire, Weedeater, Torche, Pallbearer, Refused, Carcass, etc…
Le groupe était déjà reparti sur les routes américaines, lorsqu'est sorti ce troisième album de Bask, opportunément nommé "III". Mis en boîte au printemps 2019 à l'Echo Mountain Studios (une église reconvertie en studio d'enregistrement), et produit par Matt Bayles (Pearl Jam, Mastodon,…), il est paru le 8 Novembre 2019 chez Season Of Mist, précédé en septembre de la même année par le single "New Dominion" et sa vidéo hautement hallucinogène.

L'album est assez court avec seulement sept titres, pour 36 minutes, mais le rythme général étant assez lent et contemplatif, Bask a bien fait de ne pas délayer outre mesure chaque étape de son périple.
Sa musique reste ancrée dans le roc des Appalaches, mais de plus en plus pointent des influences anglaises, dans le chant de Zeb et ses arpèges de guitare nimbés de reverb et de delay, qui rappellent U2 ou Radiohead. J'ai aussi pensé à Oceansize, qui utilise souvent les mêmes accords dans ses passages aériens. Tout cela se mélange avec le psychédélisme déjà prépondérant dans l'imagerie et la patte sonore de Bask.

Comme sur les précédents albums, une des deux guitares -celle de Ray- est plutôt rythmique et saturée, pendant que la guitare du chanteur privilégie les sons clairs. Ce jeu de contrastes est structuré par la section rythmique volubile, qui évolue dans un style prog 70's épuré et modernisé.

On sent que l'écriture des morceaux a été particulièrement soignée, avec des morceaux ciselés avec mélancolie comme "Three White Feet", ou l'élégant "Rid of You". Bask peut se montrer plus catchy et puissant avec un "New Dominion" aux accents grunge, ou heavy par moments sur les morceaux "Nobles Daughters I : The Stave " et "Stone Eyed". Ces éléments plus intenses sont néanmoins nuancés par l'omniprésence des guitares cristallines, et du chant de Zeb. Il est plus mélodique et clair encore que par le passé, et possède un certain flegme britannique, touchant souvent des cordes sensibles ("Mother Love Crone"), mais parfois d'une nonchalance trop systématique à mes oreilles.

L'album se termine dans une ambiance Americana avec banjo et guitare country, avec le superbe "Mother Love Crone", qui ramène tout le monde dans le crépuscule des montagnes de Caroline du Nord. Alors Bask fait-il du Quiet Rock, du Americana Chill, ou du Heavy Country, cela n'a finalement que peu d'importance. Il nous emmène en voyage, en nous laissant le temps de regarder le paysage.

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire

Autres productions de Bask