End of the Century

Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
16/20
Nom du groupe The Ramones
Nom de l'album End of the Century
Type Album
Date de parution 1980
Labels Rhino Records
Style MusicalPunk-Rock
Membres possèdant cet album44

Tracklist

1. Do You Remember Rock n' Roll Radio?
2. I'm Affected
3. Danny Says
4. Chinese Rock
5. Return of Jackie and Judy, the
6. Let's Go
7. Baby, I Love You
8. I Can't Make It on Time
9. This Ain't Havana
10. Rock n' Roll High School
11. All the Way
12. High Risk Insurance
Bonustracks (Re-Issue 2002)
13. I Want You Around (Soundtrack Version)
14. Danny Says (Demo)
15. I'm Affected (Demo)
16. Please Don't Leave (Demo)
17. All the Way (Demo)
18. Do You Remember Rock `n' Roll Radio? (Demo)
19. Untitled

Commentaire @ TDH75

17 Mars 2021

Les Ramones perdent leurs griffes

Sorti en 1980, « End of the century » marque un tournant dans la carrière des Ramones et pas seulement à cause de la fin d’une décennie magique les 70’s ou d’un mouvement punk qui commence (déjà !) à s’essouffler.

Pour la première fois en effet le groupe quitte sa chère ville de New-York pour aller enregistrer à Los Angeles avec Phil Spector, producteur aussi légendaire que sulfureux.

Spector, tyrannique et monomaniaque va imposer une discipline de fer aux Ramones ce que Johnny et Dee Dee supporteront très mal contrairement à Joey et Marky qui seront eux fascinés par la personnalité du gourou du son.

Le résultat de ce travail de forçat est donc « End of century » avec cette pochette ridicule basée sur un jeu de couleur assez peu heureux.

Malgré un début enjoué avec « Do you remember rock ’n’ roll radio ?», très rythmé, musclé dont le coté rétro et la surcharge d’instruments (piano, saxophone, clappements de mains) ont un rendu trop poussé à mon gout, les morceaux s’enchaînent vite sans réelle saveur et on attend toujours avec espoir le titre phare qui viendra lancer l’album.

Ces espoirs sont vite douchés entre « The return of jackie and judy » tentative franchement médiocre de capitaliser sur les anciens hits du groupe et « Baby, I love you » ballade sirupeuse truffée d’arrangements insupportables qui coule à pic dans un océan de mièvrerie sans fond.

Alors qu’on s’apprête à décrocher définitivement et à en terminer avec cet album décevant, le groupe se réveille enfin et parvient à rectifier quelque peu le tir avec « Rock ‘n’ roll high school » avec toute la simplicité, la naïveté, la fraîcheur et l’efficacité mélodique dont a toujours su faire preuve le groupe depuis ses débuts, pour enchainer sur une dernière salve revigorante.

En conclusion avec « End of the century », les Ramones sentant le vent tourner, tentent de modifier et adoucir légèrement leur style pour prendre leurs distances avec le mouvement punk.

L’apport de Spector ne fait pour moi qu’alourdir, surcharger, sophistiquer inutilement une musique originellement faite pour être jouée rapidement et simplement afin d’obtenir un maximum d’efficacité.

Je ne pense donc pas que les Ramones avaient besoin de travailler avec Spector si ce n’est pour gonfler leur ego de jeunes musiciens impressionnés à l’époque par la réputation de faiseur de tubes du gourou cinglé.

Heureusement, cet album qui aurait pu être un naufrage complet est sauvé in extremis de la catastrophe par une deuxième moitié gavée de titres puissants et enlevés que n’a pu complètement dénaturer leur producteur-dictateur de l’époque.

Pour l’anecdote, si cet album plus commercial se vendit bien, il provoqua en revanche la perte d’une bonne partie des fans de base du groupe.

Pour moi « End of the century » est donc tout à fait dispensable dans la magnifique épopée des Ramones

0 Commentaire

1 J'aime

Partager
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire