Veuillez Rendre l'Âme (A Qui Elle Appartient)

Liste des groupes Rock Noir Désir Veuillez Rendre l'Âme (A Qui Elle Appartient)
Paroles
ajouter une chronique/commentaire
Ajouter un fichier audio
17/20
Nom du groupe Noir Désir
Nom de l'album Veuillez Rendre l'Âme (A Qui Elle Appartient)
Type Album
Date de parution 1989
Labels Barclay
Style MusicalRock
Membres possèdant cet album85

Tracklist

1. À l'Arrière des Taxis
2. Aux Sombres Héros de l'Amer
3. Le Fleuve
4. What I Need
5. Apprends à Dormir
6. Sweet Mary
7. La Chaleur
8. Les Écorchés
9. Joey I
10. Joey II
11. The Wound

Chronique @ lovemedo

06 Juin 2012

Comment connaître la notoriété avec le titre le moins représentatif d'un album ?

Comment connaître la notoriété avec le titre le moins représentatif d'un album ? On enregistre "Aux Sombres Héros de l'Amer" !

Le décalage entre cette chanson - qui sera classée au Top 50 - et le reste de l'album est énorme. Au final, on ne retiendra que cela : c'est LA chanson qui a permis au groupe d'avoir une très grande exposition médiatique. Que les membres du groupe - Bertrand Cantat en tête - regrettent que le public ne comprenne pas le second degré des paroles et considère ce titre comme "une chanson de marins à la Pogues" (sic) est aujourd'hui anecdotique, quand on regarde la carrière de ce groupe, qui est, disons-le, un des tout meilleur groupe de Rock que l'on ait eu en France.

Nous sommes en 1989, soit deux ans après la sortie remarquée du premier EP "Où Veux-tu Qu'je R'garde?" et Noir Désir termine l'enregistrement de son deuxième album "Veuillez Rendre L'âme", et qui est en ce qui me concerne, mon album préféré. Il a tout : l'énergie, la rage, la puissance, une qualité de son impeccable, une richesse de compositions, la densité, la profondeur. Tout vous dis-je ! C'est simple : il s'écoute d'une seule traite. Cul sec !

"A l'Arrière des Taxis" vous prend tout de suite. Pas le temps de respirer. Ca va vite. "A 100 à l'heure sur les boulevards" chante Cantat. L'écriture est nerveuse, tout comme les riffs de Serge Tayssot-Gay. C'est sombre, mais on y fonce ! Et déjà les premières références aux poètes maudits claquent. Maïakovski et sa Lili Brik ont surgit et Cantat Rugit "Tant que les heures passent"...

Les "sombres héros" sont à la peine et on continue avec l'amer Baudelaire, pour "traverser les océans du vide". Ca a l'air plus léger. En apparence seulement. Et Lautréamont qui se profile ...
Attention ! Denis Barthes débarque sur la troisième plage, aux toms et à la grosse caisse. C'est envoûtant. On s'asseoit, on ferme les yeux et on s'imagine, là, - las ? - assis au bord du "Fleuve". Ce titre fera souvent partie des sets-lists en live, car cette batterie, lourde, prenante, aura le don d'emmener avec elle tous les publics, les faire chavirer pour qu'ils frappent dans leurs mains ce rythme diabolique ! De même que pour "La Chaleur" qui semble issu de la même veine.

Cantat écrit aussi en anglais (What I Need, Sweet Mary et The Wound). Ce dernier titre de l'album, qui sera la face B des Sombres Héros, sorti en single. Ce n'est pas pour autant que ça se calme ! L'ambiance est toujours aussi électrique et le piano sur "Sweet Mary" n'a pas résisté au plaisir de faire partie de ce tourbillon vertigineux.

Mais le plus beau est à venir. Sans doute le plus déchirant, le plus extraordinaire morceau du groupe, tous albums confondus. Je veux parler bien sûr des "Ecorchés". Ce titre à lui seul EST Noir Désir. On sent l'émotion monter dans la gorge, les poils se dressent sur les avant-bras, l'envie de crier "White Light White Heat", ce que Cantat fera d'ailleurs sur la dernière tournée en nous offrant une version quelque peu modifiée et qui ne sera pas aussi bonne que les toutes premières, captées notamment sur l'album live "Dies Irae", littéralement "jours de colère".

En studio, ça commence par une guitare saturée qui pleure, doucement, puis une seconde qui arrive comme pour consoler la première; un coup sec de batterie qui part comme un coup de feu, un "walking" de basse qui vous embarque et c'est parti.
"Emmènes-moi danser dans les dessous des villes en folie" (...)
Ca fait 23 ans que ça dure et je ne m'en remets toujours pas. Si vous ne connaissez pas, et s'il ne devait y avoir qu'un seul album de Noir Des' qui retienne votre attention, prenez celui-là.

Mais gare ! Une fois plongé dans ce bain, on risque l'accoutumance ... Chiche ?


5 Commentaires

6 J'aime

Partager
ZazPanzer - 06 Juin 2012: Très bonne chronique de ce disque référence, Tu me donnes envie de me le repasser et d'être à nouveau suspendu aux vers de Cantat et aux vibratos son clair de Serge.
MarkoFromMars - 07 Juin 2012: Mètre-étalon par excellence avec lequel on ne ressort pas indemne. Merci.
hotrodfrancky - 04 Octobre 2012: Très bonne chronique d'un album majeur du Rock français. O.K. avec toi, "Les Ecorchés" est un titre monstrueux. Bonne continuation à toi.
RockJensen - 13 Septembre 2016: J'aime ta chro, cet album est tout simplement magistral et aussi mon favori.

Une beauté passionnée et enragée du début à la fin sans aucune fausse note pour ma part. Je suis vraiment devenu fan de Noir Désir avec celui-ci il y a dix ans à peu près.
Cantat est vraiment un chanteur fascinant et au talent innée, je le respecte énormément en tant qu'artiste.

Putain, quel pied cet album...

Y a là-bas cette fille qui enfle son souffle et ses jupes
Ouvertes comme des corolles en suspens
Plus elle danse, plus elle flambe, plus il l'aime, lui, comme il sent
Que no se puede, la Vida no vale Nada!! No vale Nadaaaaaa!
    Vous devez être membre pour pouvoir ajouter un commentaire